Le 7e Festval Franz Liszt Côte d’Azur se termine par le Requiem de Brahms

Ce samedi 21 octobre à 20h30 à l’Église du Port.

Ein deutsches Requiem, nach Worten der heiligen Schrift für Soli, Chor und Orchester (Orgel ad lib.), op. 45 – « Un Requiem allemand, sur des textes de l’Écriture sainte, pour solistes, chœur et orchestre (avec orgue ad libitum) » – est une œuvre sacrée (mais pas liturgique) en sept parties (ou mouvements) composée par Johannes Brahms et achevée en 1868.

Elle dure de 70 à 80 minutes, ce qui en fait la plus longue composition de Brahms.

Les deux solistes n’interviennent qu’exceptionnellement, le baryton pour faire entendre l’appel angoissé de l’homme face à son destin, la soprano pour annoncer le caractère maternel des consolations futures. L’orchestre reste toujours d’une clarté exemplaire, même lorsqu’il passe au second plan.
Le solo du soprano est émouvant.

La conclusion résume la promesse du sermon sur la montagne. Les épisodes centraux du sixième morceau pourraient être considérés comme une version protestante du Dies iræ. L’œuvre, de conception humaniste, que l’auteur aurait désiré rendre œcuménique, lui assura la célébrité.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message