Le Printemps des Poétes à Nice

En 2012, le Printemps des Poètes, manifestation nationale et internationale, fête sa 14e édition sur le thème “Enfances” du 5 au 18 mars. Chaque année, la Ville de Nice a à cœur de participer à la manifestation nationale et internationale qu’est le Printemps des Poètes Cette manifestation dédiée à la poésie trouve largement sa place dans les orientations de l’action municipale qui vise à favoriser l’accès à la culture et à la lecture, dès leur plus jeune âge, des Niçoises et des Niçois car l’enfance, quelle qu’elle soit, représente l’étape de nos vies où se construit et s’ancre l’adulte de demain.

L’édition 2012 de la manifestation nationale du « Printemps des poètes », consacrée au thème des « Enfances » s’annonce riche et porteuse de sens ainsi que de créativité.

Cette édition, comme le dit Jean-Pierre Siméon, directeur artistique de la manifestation “voudrait inviter à considérer quelle parole les poètes tiennent sur les commencements, apprentissage du monde entre blessures et émerveillements, appétit de vivre et affrontement à la réalité rugueuse, comment leur écriture aussi garde mémoire du rapport premier, libre et créatif, à la langue”.

Cette manifestation dédiée à la poésie trouve largement sa place dans les orientations de l’action municipale qui vise à favoriser l’accès à la culture et à la lecture, dès leur plus jeune âge, des Niçoises et des Niçois car l’enfance, quelle qu’elle soit, représente l’étape de nos vies où se construit et s’ancre l’adulte de demain.

L’édition 2012 de la manifestation nationale du « Printemps des poètes », consacrée au thème des « Enfances » s’annonce riche et porteuse de sens ainsi que de créativité.

Cette année encore, les établissements municipaux de référence dans les domaines de la pensée, de la poésie et de la lecture en général, représentés par le Centre Universitaire Méditerranéen (C.U.M) et le réseau de la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale (B.M.V.R) ont élaboré une programmation de qualité qui invitera à explorer toutes les facettes de ces enfances.

Le C.U.M questionnera les poètes sur leurs commencements, sur la place de l’enfant dans leur création en tant que sujet d’inspiration ou en tant que destinataire. Plus particulièrement, la lecture de l’œuvre emblématique de Saint-Exupéry, « Le Petit Prince », sera l’occasion de revisiter un texte qui parle à toutes les générations car il tient aussi bien du conte pour enfant que du conte philosophique.

La B.M.V.R mettra l’accent sur la poésie pour la jeunesse, au travers de huit journées, d’animations, d’ateliers, de conférences et de lectures. Quatre bibliothèques de quartier enrichiront cette programmation en proposant des ateliers poétiques et d’écriture.

Lors de la journée du 6 mars, la bibliothèque Nucéra accueillera, pour les récompenser et pour la deuxième année, les lauréats du grand concours du « Forum de poésie », ouvert à tous les Niçois. Les lauréats seront sélectionnés par un jury présidé par Monsieur Raoul Mille, écrivain et conseiller municipal.

MARDI 6 MARS - FORUM DE POÉSIE : LIBRE EXPRESSION POÉTIQUE

Dans le cadre de la journée consacrée au Forum de Poésie, les lecteurs sont invités à venir lire leurs propres oeuvres ou leurs poèmes préférés dans les Bulles Poésie de la bibliothèque.

LAURÉATS DU FORUM DE POÉSIE

Réception des lauréats du Forum de Poésie et lecture des poèmes sélectionnés par un jury présidé par Raoul Mille.

MERCREDI 7 MARS - SPECTACLE DE MARIONNETTES AUDITORIUM B.V.R.

Le Petit Prince d’après l’oeuvre d’Antoine de Saint-Exupéry par la Compagnie Les Mille Bras - à partir de 7 ans Le “Petit Prince” vit seul sur sa planète avec comme distraction, les couchers de soleil. Un jour, une rose vint à pousser… Ce spectacle mêlant marionnettes sur table, jeu de comédiens et vidéo-projection permettra à chacun - adulte comme enfant - d’apprécier ce texte magique qui invite à revisiter les chemins de l’enfance, à retrouver sa faculté d’émerveillement et à réapprendre cette grande leçon : “On ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux.”

VENDREDI 9 MARS ATELIER PHILO AUDITORIUM B.V.R.

Des poètes et des philosophes : L’imagination n’est-elle qu’une maîtresse d’illusions ? avec Hoda Hili - En collaboration avec l’association Philatheïa L’imagination induit-elle en erreur nos jugements, comme ont pu le soupçonner certains philosophes soucieux de la vérité ? Platon n’a-t-il pas banni les poètes de sa cité idéale ? Joue-t-elle au contraire un rôle plus subtil dans le processus de la connaissance ? L’usage du mythe, notamment, ne fournit-il pas à la pensée abstraite un incontournable outil de figuration ? Les figures de style ne sont-elles pas les tournures de l’esprit en réflexion dont les poètes affranchis extraient le zeste des symboliques infinies ? Réflexion et échanges avec Platon, Aristote, Pascal, Bergson, Rousseau, Wittgenstein, Bachelard et quelques autres.

SAMEDI 10 MARS LANTERNES MAGIQUES AUDITORIUM B.V.R.

Enfances du cinéma et de la poésie : lanternes magiques, poèmes, peintures et musique avec Béatrice Bonhomme, poète et essayiste, Bérénice Bonhomme et Stello Bonhomme sur une musique originale de Vivien Villani Le projet original de cette manifestation consiste à adapter le dispositif des lanternes magiques à la poésie contemporaine et de se servir de cet outil d’architecture lumineuse qui existe depuis le XVIIe siècle, en l’adaptant à notre modernité et plus particulièrement à la magie de la poésie, ce qui n’a jamais été encore fait. En se plaçant dans la tradition de la fantasmagorie qui fascinait le public de la fin du XVIIIe siècle, ce spectacle qui se veut total associe des lectures de poésie directes et enregistrées suivant une architecture rythmique particulière (textes de Béatrice Bonhomme), des dessins et peintures projetés de Stello Bonhomme et une musique originale du compositeur Vivien Villani. Sur les plaques de lanterne magique seront manuscrits les textes dits et seront représentés de petits dessins ou peintures qui feront naître par la fantasmagorie, une image “mouvementée”, un tableau lumineux dont les dimensions pourront varier considérablement. La possibilité d’animer et d’agrandir ou de rapetisser une image par des manipulations optiques marquera rythmiquement le spectacle, ainsi que la voix du poète et la musique entrée libre du compositeur.

MARDI 13 MARS CONFÉRENCE ET LECTURE AUDITORIUM B.V.R.

“Rends ton coeur enfantin” ou le rêve d’innocence des poètes par Colette Guedj Colette Guedj évoquera les oeuvres de deux poètes surréalistes, Paul Éluard et Robert Desnos. Tous deux ont pratiqué autour des années 20 une poésie ludique et éminemment créative, jouant sur les mots, inventant des néologismes, créant des images insolites, cultivant l’humour, construisant des anagrammes, jonglant avec les contrepèteries. En particulier Éluard a écrit des contes tels que “Grain d’aile” qui fut illustré par Jacqueline Duhême, ou bien encore “La petite fille qui ne voulait pas grandir”. Quant à Desnos, on peut citer ses “Chantefables” et autres “Chantefleurs” illustrés par des peintres à mi-chemin entre poèmes et chansons. Chez ces poètes, on ne peut pas établir de discrimination entre les « livres pour enfants » et leurs autres ouvrages. Car tous portent à leur plus haut degré le goût d’une poésie qui garde l’empreinte du rêve d’innocence, du don d’émerveillement, de la magie de l’enfance, souvent liés à la figure de la femme aimée.

MERCREDI 14 MARS LECTURE DESSINÉE AUDITORIUM B.V.R.

“Croquer l’orange” par Patrick Jocquel, poète et Joan Troianowshi, illustrateur Lors de cette performance, tout commence par… les enfants ! L’un d’eux choisit parmi les livres exposés six ouvrages, puis ce jeune spectateur-acteur jette le dé … et la lecture commence. Au fil des mots, Johan dessine et chacun peut suivre l’élaboration de son oeuvre sur le grand écran de l’auditorium. Lorsque le premier livre est lu, nouveau coup de dé…

VENDREDI 16 MARS ATELIER PHILO AUDITORIUMB.V.R.

Des poètes et des philosophes : Nos enfances sont-elles des métaphores ? avec Hoda Hili - En collaboration avec l’association Philatheïa Quête perpétuelle de la spontanéité originelle chez Nietzsche, nostalgie de l’innocence primitive chez Rousseau, Madeleine de Proust : “l’enfance n’a rien d’anodin”, comme le remarque Freud… “L’enfance, c’est d’abord un temps vécu”. C’est ensuite une commémoration, un recueillement dans la mémoire la plus intime d’un homme. Comme si la mémoire nous offrait un précieux album d’images dupliquées, certaines d’entre elles deviennent de véritables icônes à l’effigie de nos émotions révolues. Aussi, loin de produire une décalcomanie, la question semble légitime, en même temps qu’elle interroge l’essence poétique de l’enfant devenu grand.

SAMEDI 17 MARS DUO MUSICAL AUDITORIUM B.V.R.

“Sur la berge, nos enfances” avec Antoine Bourgeau - tabla, daf, gong, duggi tarang, darbouka, guitare et Benoît G’sell - chant, guitare, flûte bansouri Au son d’instruments originaires de lointaines contrées, ces deux musiciens invitent le public à retrouver la magie de l’enfance en chantant des poèmes de Desnos, Norge, Fourest, Cros et bien d’autres encore.

Ce nouveau Printemps des Poètes sera l’occasion pour le Centre Universitaire Méditerranéen (CUM) de mettre en lumière cette poésie qui tient l’enfant pour interlocuteur ou inspirateur sinon exclusif, du moins premier, d’une poésie qui s’est profondément renouvelée au cours des dernières décennies.

MERCREDI 7 MARS - LECTURE DE TEXTE ET DE POÉSIES

“L’enfance, patrie du poète” par Abdellatif Laabi, écrivain - poète marocain Abdellatif Laâbi est né à Fès. Son vécu est la source première d’une oeuvre plurielle (poésie, roman, théâtre, essai) sise au confluent des cultures, ancrée dans un humanisme de combat, pétrie d’humour et de tendresse. Il a obtenu le prix Goncourt de la poésie en 2009, et le Grand Prix de la francophonie de l’Académie française en 2011.

VENDREDI 9 MARS - LECTURE MISE EN MUSIQUE

“Le Petit Prince” de Saint-Exupéry par la compagnie BAL (Arts Légers) avec Élodie Tampon-Lajarriette, Elise Clary, Thierry Vincent Musique : Henry Manini - Mise en lumière : Alexandre Toscani

Le“ Petit Prince” de Saint-Exupéry tient du conte pour enfants, comme du conte philosophique. Il peut être une initiation à la hauteur de l’univers et à la mesure d’une fleur. La compagnie B.A.L. qui aime à sortir des théâtres et aime aussi la musique, la lecture ou partager avec le public des auteurs qui, même, s’ils n’ont pas écrit pour le théâtre, résonnent fortement quand ils sont dit à voix haute et en musique, tentera de vous rendre proche ce mystère étoilé et mystérieuses ces histoires de fleurs et de roi sans sujets.

MERCREDI 14 MARS

“Les berceuses” sous la direction d’André Peyrègne, directeur du Conservatoire de Nice, accompagné d’étudiants du CNRR : un pianiste qui jouera les célèbres Berceuses de Chopin, Lizst, Fauré, un chanteur qui interprétera des berceuses comme celle de Brahms ou de Gershwin “Summertime”, un comédien. Les berceuses dans l’histoire de la musique : de tout temps, dans toutes les langues et sur tous les tons, les mères ont toujours endormi leurs enfants en chantant le répertoire des berceuses infini, pétri d’amour et de tendresse. À l’origine, il appartient au domaine musical populaire. Mais des compositeurs classiques s’en sont emparés, de Brahms à Stravinsky en passant par Chopin ou Fauré. André Peyrègne ira à leur rencontre dans l’histoire de la musique.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message