Café littéraire : La femme sous l’horizon de Yann Queffelec

Quelle famille ! La grand-mère fascinée par les ombres de la vieille Russie. Les deux fils incapables de prendre une décision, la mère est là, maitresse des lieux et de sa maison, mais quelle maison ?

Un peu les Thénardier, une famille annihilée par l’alcool. Des Russes, des Roumains ? Des ombres humaines perdues en Alsace et en Lorraine. Tita, est-elle une victime ou comme les autres un élément de ce drame se tissant et s’élaborant devant nous ?

Chaque page est plus sordide que la précédente. Des mensonges, des vérités, qui est le père de Tita ? Tout s’achève par deux coups de fusils, mais Michel a-t-il tiré en l’air ou sur cette fille et lui-même ?

Yann Queffelec nous laisse la réponse. Un roman passionnant et sordide, une histoire poignante et effarante. L’auteur utilise les contraires et cette femme sous l’horizon, celui de la vie, du destin et du futur, va d’une certaine façon manquer ce futur, celui de la vie et de l’enfantement, une malédiction l’empêche d’assumer son rôle, celui de transmettre la vie.

Alors sous l’horizon ? Un soleil qui ne se lèverait jamais, un demain qui n’existerait pas. Une famille maudite en quelques sortes.

Thierry Jan

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message