Café littéraire : La Tourmente de Maurice Chalayer

Une belle leçon d’humanité et de charité. Notre époque devrait s’inspirer un peu plus du sens du prochain. Julien s’oppose à des exécutions sommaires de bohémiens. Son réseau de partisans, nous sommes en 1943, le condamne, sauvé, mais il le sera plusieurs fois et toujours par des étrangers, il se retrouve au STO en Allemagne.

Cette période noire de notre histoire où le gouvernement de Vichy dépassait la trahison en livrant les forces vives de la France à l’ennemi. On suit Julien, ses amis embarqués dans la même galère et finalement un Italien a qui il a donné son dernier quignon de pain, un homme à l’âme aussi noble que lui, va l’entraîner vers le salut, la fuite de cette usine où il n’y a plus d’êtres humains, seuls des esclaves au service de l’armée du crime. Julien se retrouve à Saint Etienne après la guerre, il fait venir son ami Italien. C’est la mine avec ses histoires d’hommes, de solidarité et d’amitiés.

Angelo va sauver Maurice, un homme aveuglé par la haine. Une belle leçon, un roman à lire et diffuser. L’étranger n’est pas le responsable, n’est pas l’ennemi, mais au contraire notre ami. La Tourmente, à dévorer et méditer. Une homélie face au racisme, une thèse face au rejet de l’autre.

Thierry Jan

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message