Café littéraire : Wellington d’Antoine D’Arjuzon

Ce général anglais fut le vrai vainqueur de Napoléon. La défaite de l’empereur commence dans le guêpier de la péninsule ibérique avec la guérilla des partisans espagnols et portugais. Le général anglais saura harceler et vaincre les généraux de Napoléon.

Quand l’empereur commet l’erreur d’attaquer la Russie, la défaite et la chute son écrites et Wellington saura entrer en France au bon moment. Quand Napoléon revient, ce sera Waterloo et là aussi Wellington saura piéger et vaincre le meilleur tacticien d’Europe.

Waterloo aurait pu être un opéra, car ce fut la lutte entre deux génies, deux géants et Napoléon ne sut résister au désir d’affronter Wellington.

Que ce serait-il passé s’il avait dédaigné l’affrontement et choisit de poursuivre le prussien ? Peut-être, même probablement, il aurait gagné la bataille. Pour la première fois Napoléon ne choisissait pas le champ de bataille, Wellington prenait ainsi l’avantage.

L’auteur nous entraîne dans les périples de la guerre d’Espagne et du Portugal. On voit Wellington en seigneur, grand seigneur et pour cet aristocrate, la guerre est une affaire de gentlemen, dont Napoléon est exclu et là aussi peut s’expliquer sa défaite.

Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message