Amélie Nothomb à coeur ouvert

L'incroyable auteur de "Stupeurs et tremblements", "Hygiène de l'assassin", "Mercure" et tant d'autres romans plus savoureux les uns que les autres, se livre et nous confie ce que représentent certains points clefs de ses romans.

Ceux qui ont lu au moins trois romans de la grande Amélie auront peut-être remarqué que certains personnages, d’un livre à l’autre, possèdent des similitudes. Des traits de caractère, des aspects physiques, des rêves en commun... De la même façon, des lieux, des espaces, des éléments, des sentiments peuvent intervenir de façon assez régulière.

Nous en avons donc déduit que ces états physiques ou psychologiques, ces gens, ces facettes, évoquent pour Amélie, de façon quasi-automatique, quelqu’un ou quelque chose en particulier.

Voici ce que représente pour A. Nothomb... :

la maigreur ? mes 15 ans.

le froid ? l’enfer.

la pâleur ? de la franchise.

le feu ? le plus beau des spectacles.

le livre ? un ami qu’on rencontre en état de solitude.

l’homme ? un arbre.

la femme ? une liane.

le génie ? une créature sortie d’une lampe.

le mensonge ? de la politesse.

la manipulation ? un crime ignoble.

la folie ? une fragmentation.

la guerre ? l’Iliade.

l’évasion ? mon obsession.

l’obésité ? une prison.

la mort ? une porte.

la souffrance ? une abjection.

la prison ? l’absence de fenêtre.

l’air ? mon meilleur ami.

la liberté ? le vent.

la musique ? ce que j’aime le plus au monde.

le Japon ? le pays de la beauté.

la Belgique ? un pays sympathique.

la France ? le pays de la littérature.

le couple ? une tentation de domestication de l’amour.

la trahison ? un crime terrible.

le ressentiment ? un sentiment à fuir.

la jalousie ? une erreur.

la douceur ? le meilleur style.

la vérité ? du courage.

la nuit ? un beau cadeau.

le noir ? la liberté.

le jaune asymtotique ? l’éblouissement.

le miroir ? l’objet le plus mystérieux.

la magie ? de la générosité.

la jeunesse ? un risque à courir.

la perversion ? une infection.

le masque ? un aveu.

le journaliste ? un chercheur aveugle.

l’écrivain ? un chirurgien.

le travail ? une torture.

la nourriture ? un danger agréable.

l’humain ? un but encore loin d’être atteint.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message