Ayloul : la nouvelle musique jordanienne bientôt sur la Côte d’Azur

Dans la scène de la musique émergente la Jordanie a plusieurs acteurs qui sont de plus en plus intéressants, parmi eux figure sans doute « Ayloul » (qui veut dire septembre).

S’agissent d’un groupe de musiciens mais également de six amis, tous provenant de l’Université Jordanienne des sciences et de la technologie. Jeunes, avec une formation d’ingénieur mais également passionnés de musique depuis toujours, ces jeunes sont également un groupe qu’on peut définir sans doute « engagé ». Ayloul ne veut pas s’occuper de la politique en sens stricte mais plutôt aime jouer son rôle dans la société et dans le monde de son temps.

Amman, la capitale de la Jordanie est leur base actuelle, et représente pleinement avec ses spécificités, la Jordanie d’aujourd’hui. Un pays riche d’histoire, intéressant et modéré mais avec toutes les difficultés d’un changement qui dérive de la modernité et de la tradition souvent obligée à vivre ensemble mais également de l’arrivée de milliers de refugies syriens.

Ayloul nos raconte la réalité d’un monde arabe en transition avec les problématiques social, économique et politique connecté ensemble.
Un exemple est la chanson Bahr Mayyet (Mer Morte) qui nous raconte la vraie histoire d’une jeune fille tue dans la Mer Morte par son frère pour un « crime d’honneur ».

Ayloul est constitué de Yusser al Zou’bi (violon), Ra’ed al-Tabari (guitare, chant), Mounif Zghoul (guitare, chant), Ma’in Mheidat (clavier), Hayyan Aliuqqa (batterie) and Abedalfattah Alterawi (basse).

Le groupe a débouté le mois de septembre 2013 dans « l’Amman Art Week » et dans ces jours est en train d’enregistrer leur premier album.

Bonne nouvelle : Ayloul sera sur la Côte d’Azur pour un concert dans les prochain mois.

Partager

à propos de l'auteur

Ayloul : la nouvelle musique jordanienne bientôt sur la Côte d'Azur

25 ans de la Jordanie, passionné de musique, je suis ingénieur civil et j’habite à Nice ou je termine mes études avec le master EuroAquae en hydro Informatique à l’Université de Sophia-Antipolis

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message