Francis Lai et la Brise de Nice

Francis Lai, le compositeur niçois, vient de mourir. Nouvelle qui attristera nombre d’amateurs de ses mélodies soyeuses au romantisme simple. Et même si ses morceaux les plus connus sont des musiques de films, il n’est pas besoin d’être cinéphile pour s’apercevoir qu’elles font partie de notre univers.

En ce qui me concerne, je retiendrai spontanément Un homme et une femme bien sûr mais aussi Love Story (oscarisé, excusez du peu), Itinéraire d’un enfant gâté (le meilleur Lelouch) et Les uns et les autres. Mais c’est le générique du Cinéma de Minuit, Les yeux du cinéma qui restera le plus solidement ancré dans les souvenirs de ma génération. On peut aussi ajouter la musique de la mutine chanson interprété par Montand La bicyclette.

Mais cette nouvelle m’a surtout ramené une dizaine d’années en arrière. Ce soir-là, j’étais à Paris, dans un restaurant de la rue Montmartre, l’invité de l’association des journalistes niçois de Paris "La Brise de Nice" présidée à l’époque par Alban Mikoczy, l’actuel patron du service international de France 2. Il s’agissait de présenter mon livre Fragments de Nice aux nombreux journalistes présents.

Après mon intervention et un petit débat, nous sommes tous passé à table. En face de moi, il y avait un petit homme au visage poupin très discret qui jouait le jeu en posant des questions sur mon livre en évoquant cette ville de Nice qui apparemment était la sienne. Plus le repas avançait et plus je me disais que mon voisin (qui laissait entendre qu’il était musicien) me rappelait quelqu’un. Le mystère s’éclaircit quand, après le café, un autre convive se proposa de raccompagner... Francis. Immédiatement, j’ai retrouvé l’identité de mon prestigieux voisin : bon sang mais c’est bien sûr ! Et c’est donc avec une certaine fierté que je le vis s’éloigner avec son exemplaire de Fragments de Nice à la main.

Patrick Mottard

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message