La 14è édition de "C’est pas classique" : divertir, émouvoir, faire rêver

" La musique est la langue des émotions"- disait Immanuel Kant ; La 14è édition de cette manifestation , qui au fil des années, est devenue un des points d'orgues de la l'agenda musical azuréen, se place sous le signe de l'excellence : en effet, c'est une partition de rêve qui va être jouée pendant trois jours au Palais Acropolis. Plus de 60 concerts gratuits et animations musicales sont au programme et nul doute que le public participera nombreux , de plus en plus nombreux devrait-on dire. Depuis sa naissance "C'est pas classique" a accueilli dans sa programmation une véritable profusion de talents. Cette année encore plus de 600 artistes donnent rendez-vous pour vivre ensemble des moments de plaisir. Comment choisir parmi de tous ces spectacles les plus attrayants ? Le public choisira lui-même. Tout de même , il est possible de signaler quelques temps forts : vendredi 2 novembre ( à 20h30 salle Apollon) , le spectacle de la sand-artiste Katerina Barsukova et le violoniste Dmitri Makhtin accompagnés par l'Orchestre de Cannes sous la direction de Benjamin Levy. Samedi 3 ( à 21 slle Apollon) , ce sera l'oeuvre symphonique "Queen of Shaba" , composé par Ibrahim Maalouf sur un texte de Angélique Kidjo. Dimanche 4 ( à 14h30 salle Apollon) , les virtuoses Mathias et Julien Cadez, deux pianistes aux multiples factte, relèvent le pari de concilier la musicalité et la fantaisie au bénéfice du grand public. L même jour ( à 19h45 salle Apollon) le vocaliste Andreas Schaerer , son sextet et l'Orchestre de Cannes sous la direction de Benjamin Levy , jéteront les ponts entre les styles avec la symphonie The Big Wig pour un clôture qui entraînera le public.

Des ateliers jeunes public , de 0 à 3 ans, à partir de 3 ans, de 5 ans sont également organisée durant le festival dans les diverses salles.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message