Cloches et clochers : la Cathédrale Saint Michel à Sospel

Une première église existait aux XII°- XIII° siècles, de style roman il n’en reste que le clocher. Au XIV° siècle suite au schisme des deux Papes, on trouve un évêque nommé par le pontife de Rome à Vintimille et un second nommé par l’anti pape d’Avignon à Sospel. Il faut attendre 1411 pour réunir les deux sièges épiscopaux en un seul à Vintimille.

Depuis la collégiale saint Michel porte le titre de cathédrale. On trouve d’ailleurs la cathèdre de l’évêque dans le chœur. Cette église de style roman se trouvait plus à l’est, sur la place et le parvis actuel. On trouvait à la place de l’édifice Baroque l’ancien cimetière.

C’est après le vœu des populations pour conjurer une épidémie de peste que l’on érige la nouvelle église. On la déplace plus à l’ouest, sur l’emplacement du cimetière, lequel est transféré hors de l’enceinte du village. Saint Michel est construite entre 1641 et 1762. On ne conserve de l’ancienne cathédrale que son clocher roman de style Lombard.

La première église était d’orientation ouest-est, soit tournée vers le soleil levant. La collégiale cathédrale saint Michel aux dimensions imposantes, l’un des plus grands édifices religieux du département, fut montée à l’envers, l’autel principal étant tourné vers le couchant.

Cette anomalie (le maître autel étant habituellement tourné soit à l’est, le renouveau ou la résurrection, soit au nord, l’étoile des bergers de Bethléem) n’a jamais été expliquée. Peut-être la réponse se trouve dans la première chapelle de la nef nord, à droite en entrant.

Le tableau de l’autel de saint Elige, représente le saint avec dans le ciel un triangle, symbole évidemment maçonnique. L’abside droite abrite de nombreux reliquaires. Dans la nef sud, soit à senestre, on s’arrêtera à la chapelle de la déposition de Jésus avec le retable de l’immaculée Conception de François Brea.

La nef centrale avec au-dessus du maître autel saint Michel terrassant le démon, ainsi que la hauteur de ce vaisseau donnent une idée des buts du Baroque, conception d’un culte où les ors sont les moyens de nous élever vers Dieu, un Dieu d’amour et de miséricorde, de joie et de lumière.

Le concile de Trente et l’art Baroque furent les réponses à l’austérité du protestantisme et au Dieu inaccessible des Jansénistes.

Thierry Jan

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message