Carnets de voyage : les Arcs sur Argens

De ce village provençal, nous nous intéresserons au quartier du Parage. Les Arcs ont un fils célèbre, lequel marqua la vie politique du Var. Edouard Soldani que l’on surnommait le vieux lion. Il naquit ici en 1911 et y décédera 85 ans plus tard. Edouard Soldani fut : maire de Draguignan, président du conseil général du Var et sénateur.

Les Arcs pourraient se nommer le village des fontaines, on en dénombre de nombreuses comme celles : de l’hospice, de l’horloge, du temps où il faut admirer le cadran solaire et trois panneaux en faïence inspirés de Chagall, du Sieur Baron, du Père Clinchard et du Thélon.

Elles sont hélas aujourd’hui toutes asséchées, suite au manque d’eau. Le nom du village proviendrait d’un ancien pont Romain qui se trouvait au sud de cette cité. En 1010 le lieu s’appelait Archus et deviendra le castrum d’Arcobus. La partie médiévale conserve les vestiges d’un château du XII° siècle dont le donjon et la salle du corps de garde, abritent en partie « le logis du guetteur ».

C’est un hôtel restaurant de luxe dont la terrasse domine le paysage verdoyant fait de collines ondoyantes et bleutées, voire mauves dans l’horizon. Les anciens remparts se laissent deviner par les quatre portes qui subsistent aux entrées du vieux bourg. On y entrera par la tour basse ou de l’horloge du XIV° avec un campanile finement ciselé de 1662. les trois autres étant : la porte du Réal, la porte Milante et la porte Haute.

C’est la famille de Villeneuve qui au XIII° siècle fit édifier le château en partie détruit durant la révolution. En 1670, les Vintimille deviennent les seigneurs des Arcs. Les Villeneuve ont laissé des traces dans l’histoire local et un d’entre eux : « Hélion » 1270-1346 est honoré par un nom de rue. L’église saint Jean Baptiste abrite une crèche provençale animée et un retable de Brea. Une fresque à l’autel de Jeanne d’Arc honore les morts des divers conflits.

A l’intérieur des remparts, l’ancienne église Notre Dame du XII° siècle est placée sous la protection de Saint Pierre du Parage, elle sert aujourd’hui à des expositions de peintures. La chapelle Sainte Roseline située au faubourg du village est décorée par une fresque de Chagall.

Au musée de l’histoire des Arcs, on apprend le rôle important d’une famille du cru, les Truc qui durant la révolution, tempérèrent les excès de la terreur. Dans ce quartier du Parage, ce qui frappera le visiteur, c’est la couleur ocre des maisons, qui par son uniformité, donne une heureuse harmonie. Nous sommes en Provence à l’heure méridienne et chaque maison a ses volets clos, protégée des ardeurs brûlantes du soleil.

Ce n’est qu’en fin d’après midi, que la vie et l’animation reprendront autour d’une place ombragée de platanes où les joueurs de boules rivaliseront de dextérité pour éviter l’humiliation de la Fanny. Hélas il nous faut à regret quitter ce charmant village et retrouver notre train.

par Thierry Jan

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message