Cloches et chochers : la Cathédrale de Sainte-Reparate

Jusqu’en 466 il y a deux évêchés à Nice, un premier à Cimiez et le second au Château. Ils sont ensuite réunis en un seul siège : Cimiez.

Après la chute de l’Empire Romain d’Occident, Cimiez est peu à peu abandonné et le siège épiscopal, se trouvant sur la colline du Château devient l’évêché de Nice. Plusieurs édifices vont se succéder et s’enchevêtrer. La première cathédrale paléochrétienne date du V° siècle. A l’époque carolingienne on y ajoute une abside.

Au XI° siècle les peurs de l’an mille oubliées, on érige la cathédrale médiévale de style roman. Elle comporte trois nefs. Le maître autel est consacré en 1049. Le chapitre des chanoines siège un siècle plus tard. Au XV° une seconde cathédrale est élevée. Elle devient en 1590 l’église du Château quand on transfert le siège épiscopal dans la ville basse au prieuré sainte Réparate.

Elle sera détruite avec l’explosion de la poudrière le 28 mars 1691 lors de l’attaque de Catinat contre la citadelle de Nice. Revenons au XI° siècle, en 1078 Raimbald Rostagni ramène de Rome les reliques de sainte Réparate. Il élève un oratoire au pied de cette colline du Château. Selon le chartrier, ce dernier devenu entre-temps un prieuré est attribué à l’abbaye de saint Pons. Une église est construite au début du XIII° et devient paroisse en 1246.

En 1531 l’abbaye de saint Pons échange l’église sainte Réparate contre celle de saint Jacques le Majeur ou saint Giaume, mieux connue par sa chapelle dédiée à sainte Rita. Les raisons du transfert du siège épiscopal vers la ville basse s’expliquent par le développement de Nice hors de sa citadelle et aussi par la difficulté pour les ouailles d’accéder à une église enfermée dans des remparts.

Sainte Réparate s’avère bien vite trop exigüe. En 1649 on entreprend l’érection d’une cathédrale aux dimensions plus vastes. En 1628 un accident, l’écroulement de la voûte, tue l’évêque monseigneur Palletis retarde les travaux, ils ne reprennent que cinq ans plus tard en 1673 pour finir en 1682. La cathédrale est consacrée le 30 mai 1699. Le campanile sera achevé en 1767.

La place Rossetti est aménagée selon le plan du consiglio d’Ornato en 1815. La façade date de 1830. En 1899 monseigneur Chapon amène de nouvelles modifications dans le chœur et ajoute une abside à chaque nef latérale entre 1900 et 1903.

La première église sainte Réparate était dirigée dans un axe sud-nord. La cathédrale suit un axe est-ouest, le maître autel tourné vers le couchant. Sainte Réparate a été restaurée au début du XXI° siècle.

Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message