Accueil > Politique > Présidentielle 2012. Vincent Peillon : le PS veut remettre l’éducation et la jeunesse au coeur de (...)

Présidentielle 2012. Vincent Peillon : le PS veut remettre l’éducation et la jeunesse au coeur de l’action publique

[ Renato Ferrari - Nice Premium ] • 10|04|2012 • Mis à jour le : 10/04/2012 • Réagissez !
Partager sur Facebook Partager sur MySpace Partager sur Netvibes

Vincent Peillon de passage à Nice, a réuni les militants socialistes, bon nombre desquels impliqués professionnellement, pour parler "école".

Présidentielle 2012. Vincent Peillon : le PS veut remettre l'éducation et la jeunesse au coeur de l'action publique Celui qu’on pronostique comme futur Ministre de l’Éducation Nationale dans le cas d’une victoire de François Hollande à l’élection présidentielle mais surtout des listes socialistes et ses alliés au législatives qui suivront, a montré de bien connaître le sujet.

D’autre part n’est-il pas un ancien professeur de philosophie ?

Voici les principaux propos qui font état d’un changement radical de la politique gouvernementale en place axée sur la rationalisation des coûts et une préférence pour l’option ’individu’ plutôt que ’collectif’.

- 60 000 postes supplémentaires avec un pré-recrutement des enseignants avant la fin de leurs études avec une formation digne de son nom

- Accueil en maternelle de tous les enfants de moins de trois ans avec l’acquisition des savoirs fondamentaux et d’un socle commun de compétences et connaissances

- Affectation prioritaire du nouveaux personnel dans les écoles maternelles car c’est la que l’échec scolaire se forme ainsi qu’aux zones en difficulté

- Revision des rythmnes scolaires qui n’ont aucun équivalent en Europe

- Réforme des premiers cycles de l’enseignement supérieur en décloisonnant les filières afin d’eviter une spécialisation trop précoce

- Réforme de la loi LRU pour garantir une autonomie réelle des établissement avec une gouvernance plus collégiale et démocratique

- Encadrement des stages pour empêcher les abus

- Impulsion aux échanges entre universités françaises et étragères et abrogation de la circulaire sur les étudiants étrangers.

Mais tout cela est sans surprise et représente le clivage classique droite/gauche, personne/société que l’on retrouve dans les projets des deux candidats à la Présidence de la République et dans les différentes conceptualisations de la philosophie que soutiennent chacun d’eux.

Les électeurs décideront si nous avons rencontré le futur Ministre de l’Éducation Nationale ou tout simplement un visionnaire avec des idées bien en place.



Par Renato Ferrari - Nice Premium

Réagir à cet article


Un message, un commentaire ?


  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

forum qui etes vous

Articles de cette rubrique

Publicité

EN UNE

Voir les dernières actualités