28 ans après, le circuit du Castellet ré-ouvre ses portes à la Formule 1

Hier matin avait lieu, au circuit du Castellet, la visite de la nouvelle piste de formule 1 en présence de Christian Estrosi, le Président délégué de la Région, Renaud Muselier, le Président de la Région PACA, et le Maire de Cagnes sur Mer, Louis Nègre. Une visite qui commençait par le circuit, dés 9 h 30 du matin, avant une conférence de presse improvisée, sur les coups de 11 h 10.

Il y a 28 ans, le circuit Paul Ricard du Castellet fermait ses portes pour la dernière fois aux pilotes de F1. 28 ans plus tard, nouvelle trajectoire, nouvelle ère, La F1 est de retour au Castellet.

Alors avant la première, il fallait bien un petit aperçu.

Une visite en présence du directeur du circuit (Stéphane Clair) et d’anciens pilotes de F1 (Yannick Dalmas) accompagné par la Gendarmerie.

Un projet qui ne date pas d’hier.

Dès le début du mois de février dit Christian Estrosi « nous savions que nous serions en ordre de marche, pour entrer dans le compte-rebours final ».

Après une inspection de la Fédération Internationale Automobile, le directeur du circuit du Castellet (Stéphane Clair), fait visiter à Christian Estrosi et le directeur de son cabinet, les zones du circuit à modifier.

Elles sont au nombre de 3. 3 virages pour rendre plus attractif le circuit, notamment en termes de dépassements, mais aussi de dimension sportive. Une configuration plus élevée, par rapport à la configuration précédente du circuit, selon le maire de Nice.

Historique

Le circuit Paul Ricard était l’un des plus modernes d’Europe du temps de Paul Ricard, selon Christian Estrosi. Pour le Président délégué de la Région, Paul Ricard avait eu cette idée visionnaire, de bâtir le circuit, sur le plateau en col de cygne. Par la suite, les actionnaires avaient considérablement rénové celui-ci, avec plus de 30 millions d’euros investis jusqu’en 2016. Mais il restait, un petit apport supplémentaire à faire, en même temps qu’une étude de la réflexion générale de la piste selon le Maire de Nice.

Les Changements :

Une piste entièrement resurfacée avec un rabotage de 5 cm et la pose d’un nouvel enrobé de 90 m2 de surface déjà traité. Christian Estrosi déclare : « C’est un circuit à haute vitesse ». Il ajoute « sur ce circuit, les fins de ligne droites seront atteintes à plus de 300 km/heure, le chronomètre sera donc extrêmement élevé. »
Il fallait donc selon Président délégué de la Région, qu’au bout de chaque ligne droite, des zones de dépassements plus sûres soit offerte, tout en pouvant jouer sur 3 choses :

– Le DRS (dédoublement dans les gros freinages), car cela ne fonctionne pas dans les freinages moyens.
– La possibilité de plébisciter les enchaînements impairs avec 3 virages qui permettent de doubler sans se faire redoubler
– des virages en gouttes d’eau et en entonnoir qui facilitent ceux-ci dans le cas inverse.

L’ensemble de ces modifications a été par la suite soumis à l’ensemble des pilotes de F1.

Des travaux toujours en cours

Des travaux continuent pour l’amélioration des installations, en particulier des tribunes, mais aussi des parkings.

Les tribunes seront multipliées par 10 pour atteindre le chiffre de 51 236 places dans l’enceinte générale. 21 sur 22 seront inamovibles. Une seule sera donc démontée à la fin du Grand Prix. Pour accueillir tout ce monde, 25 000 places de parking seront disponibles, à moins de 20 km du circuit.

Christian Estrosi souhaite aller encore plus loin. Pour lui, l’opportunité du retour du grand prix de Formule1 doit aussi être l’opportunité, d’avoir un calendrier d’organisation d’évènements autos, motos à hauts niveaux, beaucoup plus soutenus, une fois les conditions d’accueils pérennisés.

Une nouvelle zone de Presse verra aussi le jour, avec une capacité de 500 journalistes tout comme la construction d’un nouveau Paddock de 16 000 m2 pour accueillir des courses en support du Grand Prix.

Pour les Piétons

De nouvelles passerelles pour faciliter les déplacements dans l’enceinte du circuit, avec 3 nouvelles portes à l’Ouest. Le but est de mettre en contact direct les parkings de la zone « signe » avec le circuit pour éviter le déplacement de navettes dépôts vus par le passé.

Une tour d’affichage des classements verra aussi le jour pour afficher les classements à la fin de chaque journée

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Jeune étudiant de 26 ans, le 9 février prochain, actuellement en 3e année de journalisme à l’école de Journalisme de Nice. J’apprends l’un des plus beaux métiers du monde. Un métier dans lequel, chaque jour est différent. Le journalisme n’est pas pour tout le monde. Il faut pouvoir gérer les heures de bouclages, la pression et le stress à longueur de journée. Autant dire, avoir un cœur accroché. Mais quand on aime ce que l’on fait, on le fait bien.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message