Coupe du Monde de Rugby 2023 : si ce sera en France, Nice y sera aussi

Si proche et si loin à la fois, la Coupe du Monde 2023 est un des chevaux de bataille de la Fédération Française de Rugby. À l'occasion d'un stage du XV de France à Nice avant le déplacement à Dublin pour un match du Tournoi des 6 Nations, Bernard Laporte en a profité pour rencontrer Christian Estrosi et acter la candidature de la ville dans ce dossier.

Inception totale. La FFR portera aux instances internationales son projet de Coupe du Monde en 2023. Et Nice porte quant à elle sa candidature auprès de la FFR pour faire partie des 8 à 10 villes retenues en cas de succès. C’est l’essentiel de cette conférence.

Bernard Laporte n’a d’ailleurs pas caché sa bonne humeur et son intérêt après avoir fait le tour du propriétaire.

"Nice est bien partie. C’est une ville mondialement connue, il y fait beau 300 jours par an et je pense qu’aucune équipe ne manquerait de postuler pour établir son camp de base ici".

Un cadre facilitant certes, mais aussi une expérience et une logistique reconnue.

C’est ce qu’explique Christian Estrosi. "Il y a eu de très bonnes retombées après l’Euro 2016. Nice a été sacrée ville la plus populaire après enquête de satisfaction. Il y a aussi l’aéroport qui est un atout non-négligeable."

Avant de penser à 2023, l’équipe de France affrontera le Japon en fin d’année. L’occasion pour Nice de candidater. Test grandeur nature pour une ville qui a déjà accueilli des Bleus, ceux du foot, à deux reprises.

La capitale azuréenne souhaite développer "l’ovalie" avec son équipe, ses infrastructures et sa formation.

L’arrivée d’une Coupe du Monde sur ses terres serait un bon tremplin, confirme Claude Artcher, directeur de projet. "Un projet de candidature sur une Coupe du Monde, ça augmente l’exposition, mais c’est aussi un axe stratégique de développement. Arriver à Nice avec un projet de développement d’un club, cela fait partie des critères. Cela permet de faire la sélection."

(ndlr) Dans son intervention en soutien de la candidature de Nice comme ville-hôte de la WC 2023, Christian Estrosi , dans sa fougue habituelle de magnifier sa ville , a soutenu que le club de rugby de Nice, fondé en 1912, a été le plus ancien club de rugby de l’ hexagone !!!

Il s’est laissé même aller à une petite explication : " Nice a été la première ville de villégiature des anglais...".

Une petite lecture de l’histographie qui suit , démontre bien que la réalité est toute autre.

Rien de mal, on n’est pas en plein dans l’information trempée dans les "faits alternatifs" ?

Mais le plus surprenant est que Bernard Laporte a acquiescié en commentant : " je l’apprend". Pas mal pour un président de la FFR !!!

En fait, le rugby a été introduit en France vers 1870 par des Britanniques, dès 1872 des travailleurs anglais fondent le Havre Athletic Club.

Le premier véritable club de rugby français est le English Taylors RFC, fondé par des hommes d’affaires anglais à Paris en 1877, suivi par le Paris Football Club l’année suivante. Ce dernier a une durée de vie éphémère, sa fission entraîne la formation du Racing Club de France en 1882, du Stade français en 1883 et de l’Olympique en 1888.

Le premier championnat de France de rugby à XV, disputé en 1892, se limite à une opposition entre le Racing et le Stade français, le Racing l’emporte par 4 à 3.

Les deux clubs parisiens remportent tour à tour le titre de champion de France jusqu’en 1898, cette suprématie cesse en avril 1899 avec le premier titre remporté par une équipe de province : le Stade bordelais, l’un des tous premiers clubs du rugby français (il a été fondé en 1889), créée grâce à l’influence d’un forte colonie anglaise implantée dans la région bordelaise.

L’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA), fondée en 1889, prend le contrôle du rugby français en 1890 jusqu’à la création de la Fédération française de rugby en 1919.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message