Coupe du Monde : les Bleus en demi-finales !

Face à l'Uruguay, la France a maîtrisé son sujet et s'est qualifiée sans trembler pour les demi-finales de la Coupe du Monde. En face, Luis Suarez n'a pas existé.

Il n’y a pas eu ce frisson comme à Kazan, ces décharges d’adrénaline à chaque retournement de situation contre l’Argentine (4-3) et cette ambiance de corrida à vous prendre les tripes. Celle-ci, il a fallu aller la chercher au courage autant qu’au talent. L’équipe de France a remporté une victoire pleine de maîtrise aussi, ce vendredi contre l’Uruguay (2-0) en quarts de finale de la Coupe du monde. Elle poursuit son aventure en Russie.

Le début de match a validé d’entrée ce à quoi tout le monde s’attendait : ce serait long, difficile et pas franchement beau à voir. Les Bleus devraient souffrir et serrer les dents, à l’image de Benjamin Pavard qui, rapidement (24e), s’est retrouvé sur la route de Luis Suarez et s’en souviendra. Face à ce jeu dur typique de la Celeste, les hommes de Didier Deschamps ont répondu par le jeu.

Sans s’énerver malgré les coups reçus et les grosses fautes provoquées par les Uruguayens, ils ont procédé méthodiquement, faisant courir le ballon et leurs adversaires. Antoine Griezmann et les siens ont eu beau perdre beaucoup de ballons au début, ils ont petit à petit trouvé des solutions. Et leurs efforts ont payé. Après une première occasion gâchée par Kylian Mbappé, pourtant seul (15e), Raphaël Varane a ouvert le score de la tête, sur coup franc (0-1, 40e). Juste avant la mi-temps (44e), Caceres aurait pu égaliser de la même façon, mais Hugo Lloris s’est détendu parfaitement.

Toujours aussi tendus à la reprise, les débats se sont équilibrés lors du premier quart d’heure. L’Uruguay est monté d’un cran sur le terrain, sans pourtant parvenir à se montrer dangereux. Moins en contrôle, les Bleus ont alors profité d’une incroyable bourde adverse pour se détacher au score. Sur une frappe a priori anodine de Griezmann, Fernando Muslera a commis une grosse faute de main et laissé échapper le ballon dans sa cage (0-2, 61e). Partenaire à l’Atlético de plusieurs de ses rivaux du jour, l’attaquant n’a pas fêté son but, le troisième dans la compétition.

Sonnés mais pas K.-0., les Uruguayens sont restés fidèles à leurs principes et n’ont rien lâché. Ils ont même failli faire péter les plombs à Mbappé et Pogba (68e), tandis que Corentin Tolisso, excellent sur son côté gauche, a été tout près de boucler l’affaire (73e). Mais celle-ci était déjà entendue.

En demi-finales, la France retrouvera la Belgique, qui a brillamment éliminé le Brésil (1-2). Le champion du monde sera donc européen car les deux derniers quarts de finale opposeront la Russie à la Croatie et l’Angleterre à la Suède. La demi-finale France-Belgique sera à suivre à partir de 20h, mardi prochain.

LA RÉACTION DE DIDIER DESCHAMPS

"C’est beaucoup de joie et de fierté, et c’est mérité à la vue du match. On avait réalisé quelque chose de grand contre l’Argentine, et là on a encore haussé notre niveau. Cette équipe a encore une bonne marge de progression, elle manque un peu d’expérience parfois. Mais elle a tellement de générosité et de qualité. Je suis très fier de mon groupe de vingt-trois. Cela fait un mois et demi que l’on est ensemble, et ce n’est pas toujours facile. On n’a pas eu de blessé ni de deuxième carton jaune ce soir. On est en demi-finales, cela vient vite, c’est dans quatre jours, deux jours de moins qu’après le quart de finale. Une chose est sûre, cela ne sera pas une Coupe du monde ratée."

FEUILLE DE MATCH

Vendredi 6 juillet - 17h
Stade de Nijni Novgorod, Nijni Novgorod
Coupe du monde 2018 - Quart de finale

Uruguay - France : 0-2 (0-1 à la mi-temps).

Affluence : 43 319 spectateurs

Arbitre : Nestor Pitana (Argentine)

Buts : Varane (40e), Griezmann (61e) pour la France

Avertissements : Hernandez (33e), Mbappé (69e) à la France ; Bentancur (38e), Rodriguez (69e) à l’Uruguay

Uruguay : Muslera - Caceres, Gimenez, Godin (cap.), Laxalt - Nandez puis Urretaviscaya (73e), Torreira, Vecino, Bentancur puis Rodriguez (59e) - Suarez, Stuani puis Gomez (59e).
Sélectionneur : Oscar Tabarez.

France : Lloris (cap.) - Pavard, Umtiti, Varane, Hernandez - Kanté, Pogba - Tolisso puis Nzonzi (80e), Mbappé puis Dembélé (88e), Griezmann puis Fekir (90e + 3) - Giroud.
Sélectionneur : Didier Deschamps.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message