Vendée Globe 2016 - Dick et Josse, deux niçois qui visent le graal

Dimanche à 13h02, ils seront deux skippers niçois sur la ligne de départ : Jean-Pierre Dick et Sébastien Josse. Tous deux partiront avec un bateau flambant neuf et de légitimes ambitions de succès.

Première. C’est la place visée par les deux marins niçois en janvier prochain. Jean-Pierre Dick, sur StMichel-Virbac, partira pour la quatrième fois alors que Sébastien Josse, sur Edmond de Rothschild-Gitana, franchira sa troisième ligne de départ. Au petit jeu des meilleures places, le plus âgé, Dick, mène grâce à sa 4e place lors de la précédente édition après avoir perdu sa quille à 2500 milles du but (environ 4500km). Quant à Josse, il avait pris la 5e place en 2005 pour sa toute première participation. Tous rêvent d’une marche sur le podium, si possible la plus belle.

Dick, le revanchard

Pour Jean-Pierre Dick, ce dimanche sera la quatrième aventure. La quatrième fois que le skipper niçois, venu à la voile après les convoyages de voiliers avec son père entre Nice et la Corse, arpentera le long chenal de Port Olona. Jamais monté sur le podium (6e pour ses débuts en 2005, abandon en 2009 et 4e en 2013), l’azuréen de 51 ans aimerait conjurer le mauvais sort.

"En 2013, ma quille s’est cassée. J’aurais tant aimé jouer ce duel entre François Gabart et Armel Le Cléac’h. J’avais le bateau et la forme pour, et j’ai le sentiment que la compétition n’a pas eu lieu" explique-t-il sur son site officiel. Malgré une année 2016 en demi-teinte (3e de TheTransat et 10e de NewYork-Les Sables après avoir touché un OFNI la première nuit), Jean-Pierre Dick possède un 60 pieds de grande qualité, lancé assez tard, en septembre 2015.

"Repartir sur un Vendée Globe reste un privilège et une émotion très forte. C’est dur, le travail est immense avec l’équipe mais maintenant j’ai envie d’y aller, je passerai cette ligne de départ et je l’espère celle d’arrivée" disait Dick à la présentation parisienne courant septembre.

Josse ne pense qu’à la gagne

Ce vendredi matin, en conférence de presse, une phrase a marqué les esprits : "Faire le tour du monde n’est pas ma priorité. Je cherche la compétition, la première place. C’est l’objectif du départ.". Huit ans après son abandon au large de la Nouvelle-Zélande alors qu’il était dans le groupe de tête, Sébastien Josse revient avec un bateau "fin prêt" équipé de foils (ils sont sept dans ce cas).

Soutenu par Gitana Team et Edmond de Rothschild (nom du bateau) le niçois d’origine de 41 ans est l’un des grands favoris et son nom revient souvent très haut dans les pronostics de la salle de presse. Fort d’un succès dans la Transat StBarth-Port la Forêt et d’une deuxième place dans la Transat New York-Vendée, c’est avec une bonne dose de confiance qu’il aborde son troisième Vendée Globe dans les meilleures conditions possibles.

"Sur le papier, le plateau est exceptionnel, on peut donner 6-7 noms pour la victoire. Mais le Vendée Globe dicte ses lois, ses règles au fil du parcours" confiait-t-il face à la presse.

Des embûches durant deux mois et demi

Face aux Riou, Thomson et Le Cleac’h, les nissarts (niçois) Josse et Dick ont toutes les chances de remonter le chenal sablais en premier au mois de janvier prochain. Mais avant, il faudra passer sans encombres les terribles et redoutées mers du Sud, le Cap Horn tout en faisant attention au Golfe de Gascogne, propice aux accrochages à l’aller et au retour.

Crédit Photo : Vincent Curutchet / DPPI / Vendee Globe

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message