Vendée Globe 2016 - Le Jour J pour les 29 skippers

C'est ce dimanche, à 13h02, que le Prince Albert II de Monaco donnera le départ de la huitième édition du Vendée Globe. Les premiers concurrents sont attendus aux alentours du 25 janvier prochain.

L’aventure avec un grand "A" commence. Après des mois voire des années de préparation, trois semaines de sollicitions en tous genres sur le village, les voilà sur le départ. "L’Everest des Mers" attend 29 fauves, 29 fous mais surtout 29 talentueux skippers qui ont gagné leur place sur la ligne de départ au large des Sables d’Olonne. Et quelques heures avant, ils seront acclamés comme il se doit par plus de 300.000 personnes sur le mythique chenal sablais, le tout sous un beau soleil.

Programme salé

La seule course au tour du monde en solitaire, sans escale et assistance partira pour un peu moins de 80 jours. Pour battre le record, il faudra dompter le Golfe de Gascogne, se sortir du Pot au Noir, négocier les terribles mers du Sud et le Cap Horn et remonter vers la Vendée avant le 23 janvier 15h.

Nombreux prétendants

Pour décrocher le graal, être sacré "champion du monde de la course au large", ils seront une petite dizaine à avoir leurs chances à commencer par le double dauphin, Armel Le Cleac’h (Banque Populaire). « Le chacal », son surnom, est le grand favori de cette huitième édition. Il peut s’appuyer sur son facile succès dans The Transat en avril dernier. Un an auparavant, celui pour qui ça sera son dernier VG, avait pris la deuxième place de la « Jacques Vabre ».

Face à lui, les skippers aux dents longues seront Alex Thomson et son redouté bateau Hugo Boss au design aérodynamique si particulier. Troisième de la Transat New York-Les Sables et équipé de foils dernière génération, l’anglais de 42 ans a soif de succès. Chez les bateaux neufs, Jean-Pierre Dick sera, comme à chaque édition, un redoutable concurrent sur son St Michel-Virbac. Le deuxième niçois de l’édition, Sébastien Josse, sur Edmond de Rothschild, se présente en très grande forme et confiant. Et puis, le local, Vincent Riou, toujours sur PRB, n’a pas changé de machine. Son 60 pieds et lui ne font qu’un. A chaque course, il est dans le Top 5.

Les bizuths ne se laisseront pas faire

Les jeunes pépites de la voile française franchiront la ligne de départ avec de légitimes ambitions. Morgan Lagraviere, sur Safran, n’a pas eu de réussite sur les transats mais il a un bateau neuf très performant. Son nom est souvent revenu sur les pontons de Port Olona pour une belle surprise. Attention à Paul Meilhat, qui part sur le bateau dernier lauréat du Vendée Globe. Il n’aura pas de foils mais une expérience d’un tour du monde jamais négligeable.

Et le reste de la flotte ?

La plupart des autres skippers partiront dans un but caritatif à l’image de Tanguy de Lamotte qui soutient Mécénat Chirurgie Cardiaque ou de Didac Costa qui part avec « One Planet One Ocean ». Leur objectif sera de poursuivre leur belle aventure et finir la course, peu importe le nombre de jours.

Crédit photo : Vendée Globe

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message