Hockey : une saison pleine d’ambition pour les Aigles

Une nouvelle saison de hockey sur glace démarre pour les Aigles de Nice ce soir à 20h face à Strasbourg. L’occasion de revenir sur les objectifs du club avec Thomas Alliet, responsable du développement.

Vous avez été très actif sur le marché des transferts. Avez-vous réussi à équilibrer votre effectif comme vous le souhaitiez ?

L’année dernière, l’équipe avait été constituée sur le tard. Cette année, la volonté était de prendre le temps. Des mi-mars le staff s’est penché sur le recrutement. Nous avons enregistré 15 départs pour 12 arrivées avec deux volontés majeures. La première, c’était de prendre des joueurs qui venaient s’inscrire dans l’état d’esprit que l’on voulait insuffler au groupe, à savoir des éléments travailleurs et qui tirent pour le collectif. La seconde envie était de rajeunir le groupe. Aujourd’hui si on prend le groupe des Français, on en a 9 qui ont moins de 23 ans avec un fort potentiel comme Quentin Scolari (Grenoble) et Aurélien Dorey (Rouen) qui ont été formé dans les plus grands clubs de France. Pour ce qui est des étrangers nous avons gardé la même ossature que l’an dernier en ajoutant trois joueurs canadiens qui vont apporter leur culture du jeu.

Trois joueurs ont arrêté leur carrière à la fin de la saison dernière, mais ils ne semblent pas avoir été remplacés. Est-ce une volonté de la part de la direction ?

Oui, c’était une volonté. Mais sur les joueurs qui ont arrêté leur carrière seul un va réellement quitter l’équipe (Michael Quinn qui a démarré une carrière de pompier au Canada). Les deux autres, Aurelien Macon (ex capitaine) et son assistant Stan Aubert ont simplement arrêté le haut niveau, mais ils vont continuer de faire partie du groupe. Ils auront leur place dans le vestiaire pour encadrer les jeunes et pour dépanner en cas de blessure. À cela s’ajoute le fils du coach Alexis Sutor qui revient à Nice après une expérience en Slovaquie.

Après une année difficile l’année passée qu’elle est l’objectif pour cette saison ?

L’objectif, c’est d’accrocher une place en Play-Off. Finir 7e ou 8e et surtout avoir une saison plus confortable que celle qu’on a eu l’année dernière. Les ambitions sont revues à la hausse avec les potentielles qui nous ont rejoint et qui vont avoir la possibilité d’exploser au plus haut niveau.

Comment s’est déroulée la préparation estivale ?

On a eu la chance de démarrer la préparation par un stage de 10 jours à l’étranger qui a bien soudé le groupe. J’en profite pour remercier le club de Poprad de nous avoir très bien accueillie en Slovaquie. Là-bas, nous avons participé à la coupe Spengler (plus vielle coupe européenne). On s’en est plutôt bien sorti en finissant 1er de notre poule et allant jusqu’en finale (défaite en prolongation). Ensuite, nous avons fait une belle Riviera Cup en remportant nos deux premiers matchs avant de nous incliner à nouveau en finale face à Poprad.

Quels seront vos points forts cette saison ?

Notre collectif sera notre principal atout. On n’a pas de star, on a pas un joueur qui va marquer 40 buts en championnat. Sur les six matchs de préparation, on a onze butteurs différents. L’équipe est composée de quatre blocs homogènes. Tout le monde peut vraiment jouer son rôle.

Le fait qu’il n’y ait pas un leader est-ce que ça ne risque pas de vous desservir dans les grands matchs ?

C’est l’expérience qui nous fera parler. Peut-être que certains mecs se révéleront dans les gros matchs. On verra, mais c’est intéressant d’avoir un groupe homogène et nous allons miser là-dessus pour cette saison. Après, si les joueurs ont besoin de se remobiliser ça se fera naturellement.

Selon vous que manque-t-il pour promouvoir le hockey à Nice ?

Aujourd’hui sur la ville on a la deuxième affluence sur une saison derrière le foot. Après, il est vrai que nous sommes loin d’avoir une exposition qui est idéal. Ce sport c’est beaucoup transformé de par l’indépendance de la fédération depuis le début des années 2000. La prochaine évolution serait un agrandissement des infrastructures. Notre patinoire comporte 1 000 places. On ne peut pas envisager être un grand sport avec des capacités comme ça. Aujourd’hui, on tourne à 80% de remplissage et l’objectif serai d’être à 100 % d’ici 3 ou 4 ans pour pouvoir demander des aides à la mairie et leur montrer que le hockey prend de l’ampleur ici. Je pense que c’est un objectif réalisable assez rapidement.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message