Basket : les Niss’Angels ne déméritaient pas (60-75 contre Bourges)

Le leader contre la lanterne rouge, telle était l’affiche de la 17e journée de la Ligue Féminine de Basket sur le parquet azuréen. Les Niçoises se sont défendues avec leurs armes et ont, malgré tout, donné un peu de fil à retordre à la prestigieuse cylindrée berrichonne.

100-63, le score du match aller entre Bourges et Nice, soit l’une des plus importantes défaites concédées par les Sudistes cette saison. Tout juste éliminées aux portes des demi-finales de l’Euroligue par le Yakin Dogu Istanbul, Élodie Godin et ses partenaires ne devaient pas tomber dans la facilité face aux protégées de Wani Muganguzi, plus que jamais en danger. « Nous avons préparé cette rencontre comme toutes les autres », explique l’entraîneur local. À chaque fois, c’est un choc des extrêmes. »

Ne surtout pas se laisser impressionner

À peine deux minutes après l’entre-deux, quatre fautes, dont deux à l’encontre de Kendall Cooper, sont signalées par les arbitres. Les Bourgeoises prennent donc l’avantage grâce aux lancers francs obtenus (5-9, 2’). À l’instar de l’Américaine Antiesha Brown, auteure de huit points dans le premier quart-temps, les Niçoises ne jettent pas l’éponge et mènent au score pendant plus de deux minutes (13-12, 6‘), avant de subir à nouveau (13-18, 8’). Responsable d’une troisième erreur, Kendall Cooper se voit contrainte de rejoindre le banc, afin de se préserver pour la deuxième période (21-29, 13’). Les Niss’Angels peinent alors à trouver des solutions offensives face aux visiteuses toujours plus percutantes aux abords de la raquette (23-36, 16’). Alexia Chartereau multiplie les attaques et laisse ses adversaires sur le carreau avant la pause (30-43, 19’). « Nous prenons encore des paniers faciles, regrette le coach azuréen. Nous devons impérativement améliorer notre communication défensive. »

Tenir mentalement et installer le doute

À l’entame de la seconde mi-temps, le jeu se stabilise davantage. Les locales, désormais privée de Kendall Cooper, s’accrochent tant bien que mal en durcissant leur niveau de jeu offensif (39-56, 25’), et ce, sans plus attendre (47-58, 27’). Lors de l’ultime round, une légère nervosité s’empare des joueuses d’Olivier Lafargue, qui, face au panier, ne semblent plus être aussi décisives. Poussée par Mamignan Touré, les Niçoises grappillent les points un par un (58-68, 36’) mais ne parviennent pas à inverser la tendance. Les deux équipes se quittent sur un score moins sévère qu’à aller : 60-75.

« Le résultat de la partie reste très encourageant, se rassure Wani Muganguzi. Lorsqu’on réalise un tel match, nous nous rendons compte que nous pouvons jouer les yeux dans les yeux contre une équipe de ce calibre, se trouver à dix points, disposer des balles pour revenir mais surtout, pousser l’adversaire dans ses retranchements. »

Solène FALAISE

Cavigal Nice / Bourges : 60-75 (17-22 ; 14-23 ; 17-17 ; 12-13).

Arbitres : MM. Soares et Betton et Mme. Dahra.

Cavigal Nice : Cooper (4), Brunckhorst (6), Strunc (0), Brown (17), Deroo (0), Armant (0), Henot (0), Touré (15), Cornelie Sigmundova (9), Duchet (9). Entraîneur : Wani Muganguzi.

Bourges : Ouviña Madrego (4), Hamblin (17), Johannes (11), Palau Altes (6), Michel (2), Ayayi (11), Chartereau (15), Godin (5), Sharp (4). Entraîneur : Olivier Lafargue.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message