EA Guingamp - OGC Nice (0-0) : le Gym stoppé au Roudourou

Incapables de trouver le chemin des filets chez le dernier de Ligue 1, les Aiglons repartent avec le point du nul et la satisfaction d'avoir - une fois de plus - gardé sa cage inviolée.

Auteur de la meilleure série en cours de Ligue 1 avec un PSG hors catégorie (12 points sur les 4 derniers matchs), le Gym se rendait chez la lanterne rouge avec confiance (4 victoires en 4 ans en terre guingampaise) mais aussi méfiance face à une équipe blessée qui a récemment rappellé Jocelyn Gourvennec, l’entraîneur qui l’avait mené en Coupe d’Europe. Après la convaincante victoire face à Lille le week-end dernier, Patrick Vieira avait gardé son schéma en 5-3-2 inchangé, et reconduit dix des onze titulaires, le talisman Christophe Jallet s’étant blessé cette semaine à l’entraînement.

Inutile d’y aller par quatre chemins, le score nul et vierge qui sanctionne la rencontre de ce samedi soir au Roudourou est on ne peut plus logique. Avec deux tirs cadrés pour les locaux et un pour le Gym, aucune des deux équipes n’a jamais réussi à emballer les débats. On ne dénota qu’une seule frappe cadrée en première période, signé Marcus Thuram à la demi-heure de jeu, qui trouva sur sa route un excellent Walter Benitez, auteur d’une parade reflexe face au meilleur buteur guingampais, servi de la gauche (33e). Dès les premières secondes de la partie Mario Balotelli avait pourtant allumé un premier pétard, de peu à côté (2e).

Mais ce que l’on prenait alors pour une sympathique mise en bouche fut finalement la seule réelle opportunité des Aiglons sur ces 45 premières minutes. Pas vraiment inquiétée mais gênée par le milieu à quatre des locaux, l’escouade de Patrick Vieira ne parvint pas à tenir haut le ballon. Après la récupération, les possibilités furent peu nombreuses et les attaquants niçois pas assez disponibles. Heureusement en défense le capitaine Dante fut une nouvelle fois intraitable, maîtrisant Thuram lancé (13e) ou contrant une frappe de Ngbakoto (17e).

Patrick Vieira tenta de corriger le tir à la pause en remplaçant Saint-Maximin par Ganago. Puis rapidement en seconde période avec la rentrée de Makengo pour Tameze (56e). Nice joua alors un peu plus haut, sans pour autant faire peser une réelle menace sur le but adverse. La première (seule) frappe cadrée niçoise de la partie fut à mettre à l’actif de Balotelli, sur coup franc direct, mais elle ne posa pas de problème à Johnsson (74e). Il fallut attendre les dix dernières minutes pour voir les Rouge et Noir se procurer deux vraies opportunités.

Les deux rentrants Ganago et Makengo combinèrent, mais la reprise du droit du second sur une louche du premier nommé finit au-dessus (80’). Deux minutes plus tard Boscagli, lancé dans la profondeur par Sarr, manqua son lob sur Johnsson qui était bien loin de sa ligne (82’). Le Gym avait - légèrement - pris la partie à son compte mais aurait pu boire la tasse dans les arrêts de jeu sans une nouvelle parade réflexe de Benitez, sur une tête de Cheick Traoré (90’+1). Parade qui porte à 24 le nombres d’arrêts consécutifs du gardien argentin et à 498 minutes son invincibilité en Ligue 1.

Ce vingt-quatrième point permet aux Aiglons de consolider leur place dans le premier tiers du classement, à l’aube d’une semaine chargée qui les verra recevoir Angers (mardi 19h à l’Allianz Riviera) avant un déplacement en Principauté pour le derby (vendredi 20h45).

LA STAT’ : 5

Le Gym a gardé sa cage inviolée lors de ses 5 derniers matches de Ligue 1, c’est une première pour les Aiglons sur un même exercice dans l’élite depuis février-avril 1959 (5 également). (Opta)

LA RÉACTION DE PATRICK VIEIRA

« Il faut retenir qu’on rentre à la maison avec un point, et vraiment rien de plus. Guingamp a eu des occasions pour marquer, ils ont un besoin de points et ils peuvent être déçus de ne pas l’emporter. Pour nous c’est une déception car on n’a pas produit assez de jeu même si défensivement nous avons été solides. Dans l’ensemble il y a eu beaucoup de déchet sur le plan offensif. Nous avons encore vu ce soir qu’on a un manque de présence dans la surface, mais c’est mon rôle d’entraîneur de trouver des solutions pour améliorer ça. J’ai essayé des changements plus rapide mais ça n’a pas marché ce soir ».

LA RÉACTION DE DANTE

« C’est toujours difficile de venir jouer chez le dernier, car ils sont très solidaires et compact. Nous voulions gagner, mais nous ramenons un point à la maison. Il faut continuer d’être solide derrière, mais aussi proposer plus de jeu vers l’avant. Nous avons manqué d’intensité dans nos gestes, nos passes. Nous sommes bien, mais il y a encore des choses à régler ».

A Guingamp, Stade de Roudourou,
En Avant Guingamp 0-0 OGC Nice

Affluence : 12 671 spectateurs

Arbitre : Ruddy Buquet

Avertissements : Kerbrat (73’) à Guingamp ; Boscagli (7’) à Nice

EA Guingamp : Johnsson - Sorbon, Eboa Eboa, Kerbrat (cap.), Rebocho - Coco (Traoré, 80’), Didot, Blas, Ngbakoto (Bénézet, 86’) - Thuram, Rodelin (Julan, 75’)

OGC Nice : Benitez - Atal, Hérelle, Dante (cap.), Sarr, Boscagli - Tameze (Makengo, 56’), Cyprien, Lees-Melou - Saint-Maximin (Ganago, 46’), Balotelli (Srarfi, 75’)

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message