FC Metz - OGC Nice (2-4) : Nice, ça devient sérieux

Impériaux et dominateurs, les Aiglons ont remporté une belle victoire au courage à Metz (2-4), grâce notamment à un triplé de Alassane Pléa. Ils confortent leur place de leader de championnat et s'affirment de plus en plus comme de sérieux prétendants aux premières places.

On n’a pas fini d’entendre parler de la profondeur de banc niçoise. Même privé de Baysse, Dalbert et de Mario Balotelli, l’entraîneur Lucien Favre a réussi à composer une équipe compétitive et solide. Exit le 3-5-2 et place à un 4-2-3-1 plus traditionnel. Dante et Sarr prennent l’axe, Ricardo et Souquet les côtés. Au milieu, Walter et Seri sont placés en soutien de Eysseric, Belhanda et Cyprien. Enfin, Alassane Pléa prend seul la pointe de l’attaque.

Et comme à Nancy il y a deux semaines ou à Salzbourg jeudi, c’est lui qui tient les clés de l’animation offensive niçoise. Et une fois de plus, c’est d’un appel dans le dos (et un merveilleux ballon de Seri) qu’il surprend la défense pour aller tromper Didillon, le portier messin (0-1, 12e).

A peine deux minutes plus tard, Cyprien manque d’alourdir la marque d’une puissante frappe sur la barre (14e). C’est le même Cyprien qui obligera Didillon à un arrêt réflexe à la 21e minute.

Mais comme toutes les équipes sont perfectibles, Nice n’échappe pas à la règle, et à la 25e minute, Yoan Cardinale, si impérial depuis le début de la saison, relâche une frappe de Mevlut Erding dans les pieds de Mandjeck, qui n’a plus qu’à marquer (1-1, 25e).

Nice ne recule pas et repart de l’avant, et une dizaine de minutes après l’égalisation messine, Younès Belhanda est taclé par Rivierez et obtient un pénalty. Alassane Pléa se charge de le transformer et Nice repasse devant juste avant la pause (1-2, 38e), puis vire en tête à la mi-temps.

Un Pléa de gala

Comme à son habitude, Nice gère son avantage et maîtrise. Mais la défense niçoise se montre parfois fébrile et c’est Habib Diallo qui en profite, 20 secondes après son entrée en jeu. Pour son premier ballon, il bénéficie d’une déviation de la tête de Erding pour crucifier Yoan Cardinale (2-2, 69e).

Sonnés mais pas effondrés, les niçois se reprennent. Cyprien voit son coup-franc stoppé par Didillon (76e) et Pléa rate son face-à-face avec le gardien messin (82e). Mais une minute plus tard, servi cette fois par Belhanda, Pléa ne rate pas sa chance et s’offre un triplé (2-3, 83e). Le Gym continue d’allier talent et réussite. Et ça fonctionne.

Dans le temps additionnel, Wylan Cyprien s’offrira le luxe d’ajouter un quatrième but (2-4, 90+2e), d’une frappe puissante après avoir été servi par Rémi Walter. Déjà son troisième (2 en L1 et un en Coupe d’Europe), mais certainement pas son dernier.

Au classement, le Gym consolide sa place de leader en profitant du match nul entre le PSG et l’OM. Nice compte donc six points d’avance sur le PSG et quatre sur Monaco. Il est donc assuré, peu importe le prochain match contre Nantes dimanche (15h), de passer une semaine de plus au sommet de la Ligue 1. Attention, les supporters vont finir par y prendre vraiment goût.

La stat’ : 1

Comme le nombre de... fautes commises par les hommes de Lucien Favre. Une statistique rarissime mais révélatrice de l’état d’esprit insufflé par le technicien suisse à ses joueurs.

La réaction de Lucien Favre :

« C’est mérité même si ça a été très dur. On a bien joué. On a perdu trop de ballons dangereux mais on a produit un bon football et on a bien fait déjouer l’adversaire. On se fait égaliser deux fois, mais il fallait continuer à attaquer pour marquer le troisième but et c’est ce qu’on a fait. La réaction des joueurs a été très bonne après le 2-2. On est super content d’être toujours invaincu mais il faut continuer à travailler. On ne fait pas de prévisions, on se concentre sur la semaine de travail et sur le prochain match face au FC Nantes. Alassane Plea a un potentiel extraordinaire à développer mais il faut encore du travail. »

La réaction de Alassane Pléa :

« C’est une belle victoire. C’était un match très compliqué. Cela fait trois points de pris, c’est bien, c’était un deplacement difficile. On monte en puissance. Lorsque Metz a égalisé, on a voulu aller chercher la victoire, attaquer. On ne lâche rien. Etre leader ? C’est agréable, mais, surtout, on prend des points rapidement. »

La réaction de Arnaud Souquet :

« Le groupe vit très bien, tout le monde s’entend bien et il faut que cela continue. La seule chose qu’on se dit c’est qu’il faut qu’on continue à travailler et à gagner nos matchs. Le reste, on verra. Le triplé de Plea ? C’est pas mal, non ? On est super content pour lui. Dans le vestiaire on l’a un peu chahuté et, surtout, félicité. Cette victoire, on la dédie à nos supporters, avec qui on aurait beaucoup aimé communier ce soir. On espère le faire lors du prochain match à domicile contre Nantes. »

A Metz, Stade Saint-Symphorien,
FC Metz 2-4 OGC Nice (mi-temps : 1-2)

Affluence : 17 994 spectateurs

Arbitre : M. François Letexier

Buts : Mandjeck (25e), Diallo (70e) pour Metz ; Pléa (12e, 38e sp, 83e), Cyprien (90e+1) pour Nice

Avertissements : Mandjeck (54e), Cohade (73e), Jouffre (76e) à Metz

FC Metz : Didillon - Rivierez, Milan, Falette, Signorino - Mandjeck (Diallo, 69e), Cohade - Sarr, Jouffre, Nguette (Lejeune, 72e) - Erding

OGC Nice : Cardinale - Souquet, Dante (cap.), Sarr, Ricardo - Seri, Walter - Cyprien, Belhanda, Eysseric (Bodmer, 87e) - Pléa (Donis, 90e)

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message