Jean Victor Makengo, présentation de la deuxième recrue de l’OGCN

Jean Victor Makengo vient de signer à l'OGCN après deux belles saisons du côté du FC Caen. Présentation d'un talent décrit comme "proche de celui de Ngolo Kanté"

Adrien Makengo est la deuxième recrue de l’OGCN. Un talent encore jeune (19 ans), mais qui compte déjà, de 2 belles saisons au FC Caen.

Pour le président Jean-Pierre Rivère, Jean-Victor Makengo « est un joueur que l’on suit depuis longtemps » qui est peut-être inconnu pour certains, connu pour d’autres.

"C’est un bon garçon, mais je laisserai le coach s’exprimer sur ses qualités. On regarde l’avenir avec ce genre de joueurs. On est très content et très heureux qu’il ait choisi l’OGCN. Il y avait beaucoup de concurrences sur ce joueur. Pour certaines d’entre elles, des arguments financiers qui ne sont pas les nôtres."

Lucien Favre, le coach niçois s’exprime à son tour : « Comme dit le président Rivère, le joueur est suivi depuis très longtemps par l’OGCN. Moi je n’ai pas regardé beaucoup de séquences, de matchs... sur Jean-Victor. Il a un haut potentiel, on le voit à l’entraînement, il a beaucoup de qualités.
Évidemment qu’à 19 ans, il a du travail, ça semble logique. On se réjouit de faire ce travail, c’est passionnant. Et puis, lui il a de l’ambition.
Il va faire des progrès quotidiennement, avec des objectifs intelligents. Le reste, ça viendra logiquement. »

Entretien exclusif avec Jean-Victor Makengo

Pourquoi venir à ce moment-là de ta carrière à Nice ?

C’est pour évoluer, l’OGCN m’a proposé un projet qui m’a beaucoup plu, et comme je l’ai dit lorsque je vois tous les jeunes, qui viennent ici et qui s’y plaisent…. ça me donne encore plus envie de venir et de franchir un cap.

Comment regardes-tu, la politique de l’OGCN, qui depuis quelques années tend de plus en plus à faire confiance aux jeunes ?

Quand j’ai vu la ville de Nice et tout ce qui allait avec, c’est vraiment un projet qui m’a plu. Je n’ai pas hésité à accepter.

Jean Victor, comment doit-on t’appeler cette saison ?

Moi, on peut m’appeler J-V

Est-ce que tu t’es renseigné auprès de Romain Genevois, qui était avec toi à Caen ou pas du tout ?

J’ai essayé de le sonder un peu, afin qu’il me donne quelques petites informations. J’ai demandé sans trop rentrer dans les détails. Son discours était plutôt positif. Il parlait souvent de Nice. Il disait que c’était un club dans lequel il s’était bien senti.

Jean-Victor, plusieurs personnes te comparent à Ngolo Kanté, toi, tu en penses quoi ?

C’est très flatteur. Après Ngolo Kanté, c’est quelqu’un qui a déjà eu une grande carrière et qui fait des choses très grandes. Moi je n’ai encore rien montré, cela ne peut que me flatter. J’essaye de progresser et d’arriver moi, à mon niveau.

Tu as déjà joué avec lui ?

Je l’ai vu, on était au centre de formation ensemble, mais je n’ai jamais joué avec lui. C’était vraiment un « monstre ». Moi je veux tout bien faire, j’aime la perfection et c’est ça qui me fait avancer, je pense.

Quelles sont les points sur lesquels tu dois progresser, t’améliorer ? (RMC)

J’aimerais progresser sur la tactique, me perfectionner encore techniquement. M’intégrer dans ce groupe et faire comme si j’étais là depuis longtemps.

Coach Favre, ça fait maintenant 3 jours que vous le voyiez évoluer, qu’est-ce que vous en pensez ? (Petit niçois)

Lucien Favre, le coach de l’OGCN s’exprime : « je le répète, on a fait moitié-moitié. On a une préparation à faire, donc on a fait des exercices tout simples sur le terrain. On a fait des petits matchs, des oppositions, des petits 5 contre 2. Après, c’est dans le détail tactique, technique, de mouvement qu’il y a du travail, mais on voit déjà de très belles choses. »

Le président Rivère reprend alors le micro : « quand on prend un joueur, on pense d’abord qu’il a du potentiel, après jusque ou JV ira, on ne se sait pas. Il faut lui laisser du temps. Je pense qu’il a de la chance de tomber dans un club qui laisse grandir. »

Il enchaîne : « On a de la chance d’avoir un coach qui est extrêmement soucieux du détail. Ce sont ces détails qui font la différence. Je pense qu’il (en parlant de Jean-Victor) a tous les atouts pour réussir. Je crois que l’envie est là. Après, je trouve toujours regrettable de comparer un joueur à un autre. Chacun a sa personnalité, sa façon de jouer.

50 millions de clauses de contrat, est-ce que cela met la pression, Jean-Victor ? (Nice-Matin) ?

Non pas du tout, répond Jean Victor. Le club a une totale confiance de ce côté-là. Ils m’ont dit qu’ils aillaient me laisser le temps d’apprendre, de tout me mettre à disposition pour que je progresse. Ça ne me met aucune pression. Moi, je suis venu pour prendre du plaisir, pour jouer au football. C’est ce que le club me propose, je suis content.

La concurrence est-ce que cela t’inquiète ?

Non pas du tout. La concurrence, il y en a partout. Ce n’est pas une chose qui m’inquiète. C’est quelque chose qui fait au contraire progresser. Moi j’aime ça.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message