Le point mercato de l’OGCNice

Patrick Vieira s’est présenté devant la presse hier, au centre d’entrainement de l’OGCNice, pour la traditionnelle conférence d’avant match. L’occasion pour les journalistes de questionner le coach sur le 32e de finale de la Coupe de France, demain à Toulouse mais aussi du mercato niçois.

On entend beaucoup de choses ces derniers jours. Beaucoup de spéculations sur d’éventuelles arrivées et départs au sein de l’effectif du Gym. En effet, depuis le 1er Janvier et jusqu’au 31 minuit, c’est la période des transferts. Il faut donc s’attendre à des bruits de couloirs, des noms, des infos et aussi des intox.

10e à la mi- championnat, les Aiglons sont à la fois à 6 points du 3e (Lyon) et à 9 points du premier non relégable Amiens. Une situation bancable. Il faut dire que concernant les caractéristiques de cette équipe c’est l’extrême opposé. Nice possède la pire attaque de Ligue 1 avec seulement 13 buts inscrits (le leader Paris est à 50 buts) mais possède la 3e meilleure défense avant seulement 17 buts encaissés (Paris est encore premier avec 10 réalisations). Un contraste qui amène les dirigeants niçois, et le staff, à penser fortement à du renfort cet hiver. «  On a des problèmes à la finition et à la création dans les 30 derniers mètres. (…) Il nous faut un profil offensif qui apportera quelque chose de nouveau » lance Patrick Vieira. Quelques noms circulent sur les réseaux sociaux. L’ancien aiglon Younès Belhanda et Ryad Boudebouz sont les plus nommés. Le premier a l’avantage d’avoir connu la maison (prêté par Schalke 04) lors de la saison exceptionnelle 2016-2017 où le Gym finit 3e. Le second lui, connaît la Ligue 1 pour y avoir été formé (Sochaux). Les deux possède le même profil recherché par le coach Vieira : créateur. Lorsque l’on pose la question au coach des aiglons sur un quelconque intérêt sur les deux joueurs, la réponse est claire : «  Je n’ai pas de noms à vous donner  ». En cas de réel intérêt, le club niçois devrait se concentrer sur un seul des deux noms. Petit problème, le club de Boudebouz, le Bétis Séville demande 14 millions d’euros pour son joueur tandis que le Gym souhaite un prêt avec option d’achat. Même problème pour l’ancien niçois dont le club (Galatasaray) se veut gourmand.

Autre chantier et pas des moindres, un attaquant axial. Un vrai 9. Il n’est plus un secret pour personne, l’avenir de Mario Balotelli s’annonce loin de l’Allianz Riviera. Un énième problème qui s’ajoute à un poste déjà en manque de solutions. «  Mario ou pas, quand on regarde les manques que l’on peut avoir ici, c’est un secteur de jeu que l’on peut, que l’on doit améliorer  » souligne Patrick Vieira. Traduction, le club cherche un numéro 9 quelque soit l’issue du dossier Balotelli. Ici aussi, un nom revient souvent. Encore un joueur qui connaît la maison : Valère Germain. L’attaquant de l’Olympique de Marseille est cruellement en manque de temps de jeu du côté du Vélodrome. Relancer un joueur qui a marqué 14 buts en 40 matchs lors de la saison 2015-2016 serait peut-être une bonne idée. Seulement il y a aussi de la concurrence. Monaco, club formateur du joueur, en grande difficulté (19e) est aussi sur les rangs.

Il est trop tôt pour annoncer des changements au sein de l’effectif mais une chose est sûre, un départ pourrait amener rapidement une arrivée.

Balotelli, (encore) proche d’un départ

Si les spéculations vont bon train du côté des potentielles arrivées, il n’en est pas moindre concernant les départs. En tête de liste on retrouve encore Mario Balotelli. Déjà courtisé avec insistance cet été par l’OM, c’est le même club qui fait le forcing pour engager l’attaquant italien. Au derniers nouvelles, le numéro 9, via ses avocats, négocierait une résiliation de contrat (le joueur est engagé jusqu’à juin 2019) avec le club niçois. De l’autre côté, les négociations avanceraient pour son arrivée du côté de Marseille. Nous sommes aujourd’hui beaucoup plus proche d’un départ de Super Mario qu’en été. Il faut dire que le début d’année a été difficile niveau statistique. 0 buts marqués et une seule passe décisive pour l’italien. Un départ vers le rival azuréen pourrait le relancer et relancer aussi l’attaque niçois. A l’heure d’aujourd’hui, Mario est toujours à Nice. Il s’est même entrainé en marge du groupe hier, au centre d’entrainement. « C’est une période où il a besoin de réfléchir sur ce qu’il a envie de faire » nous livre le coach azuréen. Affaire à suivre.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message