Montpellier HSC - OGC Nice (1-1) : le Gym reste invaincu

Dominateurs dans le jeu, l'OGC Nice a arraché un point à Montpellier (1-1) grâce au premier but de Younès Belhanda en rouge et noir.

Les Aiglons avaient habitué leurs supporters à marquer en tout début de match. Mais aujourd’hui, il a fallu attendre la fin de match pour voir du spectacle. Et heureusement, le match a encore souri au Gym.

Alignés dans leur 3-5-2 expérimenté depuis quelques semaines, les niçois ont toutefois vu leur équipe-type remaniée : Souquet, Walter, Lusamba, Bodmer retrouvent leur place de titulaire, tandis que Younès Belhanda est aligné pour la première fois en soutien d’Alassane Pléa.

En l’absence de Mario Balotelli, laissé au repos, le Gym pose le pied sur le ballon d’entrée de jeu. Bien regroupés et propres dans la relance, Nice n’est pas inquiété par des Montpelliérains timides.

La première grosse occasion du match est à mettre au crédit de Belhanda, dès la 13e minute. Le joueur formé à Montpellier profite d’une erreur de Congré mais il ne parvient pas à tromper Jourdren. Peu d’occasions sont à se mettre sous la dent, les montpelliérains étant trop peu entreprenants dans le jeu.

Offensivement, Pléa trop esseulé a du mal à recevoir des ballons exploitables, se faisant souvent prendre au piège du hors-jeu. Pas de quoi inquiéter des héraultais eux aussi bien en place. Reconduit en 6 face à la défense, Bodmer distille les passes intéressantes.

Le changement c’est maintenant

En deuxième mi-temps, Montpellier pose un peu plus le pied sur le ballon. Emmenés par les milieux Sylla et Skhiri, les héraultais se montrent plus dangereux. Et ils seront récompensés de leurs efforts par un coup de chance : à la 67e minute, Malang Sarr commet une faute de main involontaire dans sa surface. Ryad Boudebouz ne se fait pas prier pour transformer le pénalty (1-0).

Le Gym se reprend, et Lucien Favre réagit : encore une fois, exit le 3-5-2 avant la fin du match. Et surtout, le coach suisse procède à un triple changement : Anastasios Donis, Wylan Cyprien et Valentin Eysseric remplacent Alassane Pléa, Malang Sarr et Mathieu Bodmer. Nice passe en 4-3-3, et ça paie.

Le symbole de cette réussite se nomme Anastasios Donis. Auteur d’une excellente entrée, l’attaquant grec se met tout de suite en évidence et se montre remuant. A cinq minutes du terme, il déborde sur le côté droit et centre en retrait pour Younès Belhanda. Formé à Montpellier, celui-ci n’hésite pas et crucifie son ancien coéquipier Geoffrey Jourdren. Par respect pour son ancien club, Belhanda ne célèbre pas son but. Mais il a permis à Nice de recoller au score.

La fin de match se montre plus animée. D’un côté comme de l’autre, tout peut basculer. Déjà brillant jeudi face à Schalke 04, Yoan Cardinale détourne sur le poteau une ultime tentative de Souleymane Camara (88e). Puis c’est encore Donis, servi par Cyprien, qui voit sa frappe déviée par Jourdren (89e).

L’OGC Nice s’en tire avec le point du match nul, mais les Aiglons pourront regretter le coaching un peu trop "à réaction" de Lucien Favre, qui a attendu, pour la troisième fois en une semaine, que son équipe soit menée au score pour appliquer des changements tactiques. Le 3-5-2 risque d’être rapidement délaissé au profit d’un 4-3-3 plus classique et plus efficace.

La stat’ : 0 !

Grâce à ce match nul, Nice reste invaincu après cinq journées de Ligue 1. Seul le voisin monégasque est aussi invaincu. Hasard du calendrier, le prochain match des Aiglons les opposera... A l’AS Monaco. Un derby qui s’annonce explosive, dans une Allianz Riviera qui sera, encore une fois, chauffée à blanc.

Les Aiglons comptent 11 points après cinq journées. C’est leur meilleur total à ce stade depuis la saison 1977-1978. A l’époque, Nice comptait 13 points après cinq matchs.

La réaction de Lucien Favre :

« Il nous a manqué un peu de percussion, d’appels sur les côtés, devant. Sur un terrain qui n’était pas exceptionnel ce n’était pas facile de faire circuler le ballon rapidement. On a essayé de produire du jeu, c’était pas mal par moments. Puis on s’est relâché avec trop de pertes de balle. Ils se sont montrés dangereux à ce moment là. Sur l’ensemble du match, c’est un point mérité. »

La réaction de Yoan Cardinale :

« C’était pas le plus beau match de la journée mais on s’est battus pour ramener un point de Montpellier. On est toujours invaincus en championnat et on va essayer de le rester le plus longtemps possible. »

A Montpellier, Stade de la Mosson,
Montpellier HSC 1-1 OGC Nice (mi-temps 0-0)

Affluence : 12 272 spectateurs

Arbitre : Lionel Jaffredo

Buts : Boudebouz (65e sp) pour Montpellier ; Belhanda (85e) pour Nice

Avertissements : Skhiri (60e) à Montpellier ; Eysseric (77e) à Nice

Montpellier HSC : Jourdren - Vanden Borre, Hilton (cap.), Congré, Roussillon - Skhiri, Sylla - Sanson (Ninga, 81e), Boudebouz, Bérigaud (Camara, 81e) - Mounié

OGC Nice : Cardinale - Baysse (cap.), Danté, Sarr (Eysseric, 74e) - Souquet, Lusamba, Bodmer (Cyprien, 74e), Walter, Dalbert - Belhanda - Pléa (Donis, 74e)

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message