OGC Nice - Dijon FCO (0-4) : Nice balayé à domicile

D’abord vaillants et entreprenants mais trop imprécis, les Aiglons ont été punis par l’ouverture du score dijonnaise, avant de rompre totalement dans les dix dernières minutes.

Pour stopper la belle dynamique dijonnaise (2 matchs, 2 victoires) et achever de mettre sur de bons rails la saison après la réaction à Caen (1-1), Patrick Vieira avait reconduit sensiblement la même formation qu’en Normandie. A une exception notable, la titularisation de Bassem Srarfi.

Le 3-4-3 annoncé se muant en 4-3-3, avec un Tameze arrière droit glissant au milieu sur les phases offensives, et revenant à grandes enjambées pour boucher l’espace dès la perte du ballon.

Affichant plus de peps et de liant que lors de la soirée inaugurale face à Reims, le Gym prit la rencontre par le bon bout, et ne se trouva véritablement menacé qu’une fois avant la pause, sur un centre en retrait pour Sliti dont Tameze dévia le tir en corner (13e).

Cardi s’appliqua aussi sur une tête de Sammaritano dans un angle fermé (45e), mais il n’eut guère à s’employer davantage. Son vis à vis, Runarsson, pas plus, cependant, faute de frappes cadrées. Mais la tension fut plus accentuée sur ses buts. Malheureusement, le trident offensif Srarfi - Saint-Maximin – Myziane manqua de justesse pour faire la décision. L’ancien lyonnais vit le cadre se dérober sur une tête à la réception d’une nouvelle galette de Boscagli (37e), tandis qu’il avait aussi fait le plus dur quelques minutes plus tôt en devançant le portier avant de servir Lees-Melou qui ouvrit trop son pied (33e).

La suite fut malheureusement à l’avenant. Il ne manqua pas grand chose. Mais ce petit quelque chose manqua cruellement. A l’image de cette tête en extension de Myziane sur l’extérieur du poteau au cœur de la 2e période, consécutive à un centre bichonné par Srarfi. Puis d’une belle balle d’égalisation mise dans les pieds de l’attaquant tunisien par Danilo, et qui finira là aussi hors cadre (70e).

Une balle de 1-1 car quelques minutes plus tôt, Dijon fit l’exact opposé. Une occasion, un but. Aguerd s’élevant dans les airs plus haut que tout le monde pour reprendre une longue ouverture de Loiodice suite à une combinaison sur coup-franc (0-1, 68e). L’ennui pour les Rouge et Noir fut que les coéquipiers du Marocain se révélèrent tout aussi tueurs. Son compère de la défense, Haddadi, tout d’abord, bien décalé par Keita (0-2, 83e) puis ce même Keita, par deux fois. D’abord à l’affut après une parade de Cardinale devant Sliti (0-3, 85e) puis en se jouant de la défense dans un mouchoir de poche (0-4, 90e+1).

LA RÉACTION DE PATRICK VIEIRA

C’est un scénario catastrophique pour nous. Perdre à domicile 4-0 c’est difficile à accepter. C’est une grosse déception. On s’est créé pas mal de situations, des occasions nettes mais malheureusement on n’a pas pu marquer ce soir. On a vraiment manqué d’agressivité offensive et défensive. On n’a pas très bien défendu, nous avons été assez timides. Le message aux joueurs à la fin du match c’était que bien jouer ne suffit pas, on a besoin de plus. On a beaucoup de leçons à retenir de ce match.

LA RÉACTION DE DANTE

Ça fait très mal. Nous sommes dans le dur. Nous devons être humbles pour analyser ce que nous devons améliorer pour faire une bonne saison, malgré ce difficile début. Il faut faire notre autocritique et prendre nos responsabilités, mais il ne faut pas non plus baisser la tête et tout remettre en question. Il faut rester calme. Il va falloir travailler et augmenter notre niveau de concentration pour retrouver ce réalisme, devant comme derrière.

A Nice (Allianz Riviera), le 25 août 2018
OGC Nice 0-4 Dijon DFC (mi-temps : 0-0)

Affluence : 18 109 spectateurs

Arbitre : M. Delajod

Buts : Aguerd (68e), Haddadi (83e), Keita (85e, 90e+3) pour Dijon

Avertissements : Saint Maximin (55e), Le Bihan (88e) à Nice, Aguerd (6e), Lautoa (38e) à Dijon

OGC Nice : Cardinale - Hérelle, Dante, Boscagli - Cyprien, Tameze, Danilo, Lees-Melou (Makengo 71e) – Srarfi (Le Bihan 71e), Saint-Maximin, Myziane (Diaby-Fadiga, 79e).

Dijon FCO : Runarsson- Rosier, Aguerd, Lautoa, Haddadi- Amalfitano (Keita, 66e), Abeid (Marie 88e)- Loiodice, Sliti, Sammaritano (Jeannot 77e)- Tavares.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message