OGC Nice - FC Krasnodar (2-1) : avec les honneurs

Nice a conclu sa campagne européenne par une victoire renversante sur Krasnodar (2-1) au terme d'un match disputé et durant lequel les remplaçants ont pu se mettre en valeur.

Pour la dernière rencontre européenne de la saison, Lucien Favre prend le pari de la jeunesse au coup d’envoi, puisque les 11 joueurs alignés sont différents par rapport au dernier succès acquis face à Toulouse.

Les Aiglons démarrent la rencontre en 3-5-2, avec Walter Benitez comme ultime rempart. Il aura devant lui un axe à 3 têtes, où Arnaud Souquet et Olivier Boscagli accompagneront Maxime Le Marchand, de retour en équipe première après 6 mois d’absence consécutifs à une blessure aux croisés.

Coup de fraîcheur sur les ailes, puisque Patrick Burner débute à droite et Romain Perraud à gauche. Dans l’entrejeu, Mathieu Bodmer part en sentinelle, brassard au bras, avec Vincent Marcel et Arnaud Lusamba devant lui. De retour après un mois passé hors de terrain, Mario Balotelli occupe la pointe de l’attaque, accompagné par le jeune Grec Tassos Donis.

Krasnodar s’assure d’emblée la possession sans toutefois se montrer d’un grand danger. Du moins dans un premier temps. En face, la jeune garde niçoise ne nourrit aucun complexe, à l’image d’un Vincent Marcel juste, actif et percutant au cœur du jeu. Ce sont d’ailleurs les locaux qui se procurent le plus de situations favorables durant le premier acte. Donis enroule d’entrée un petit ballon du droit, qui meurt à côté du but russe.

Le jeune Patrick Burner, qui débute pour la première fois à droite, conclut deux de ses déboulés par des frappes au-dessus. Super Mario s’essaie sans succès à deux reprises.Les Aiglons cherchent à mettre leurs opposants en difficulté, sans toutefois parvenir à les faire vaciller.

Les Aiglons se montrent à leur avantage, sérieux et sans pression. Défensivement, le bloc fait le travail avec rigueur. Et lorsqu’il est pris en défaut sur les rares assauts de Krasnodar, Walter Benitez veille. Tantôt sur sa ligne, au moment de capter une tête en retrait de Souquet, tantôt loin de sa base, au moment de sortir de la tête devant Smolov. L’attaquant russe loupa le coche en fin de première mi-temps, sur un superbe service d’Akhmedov.

Nice remercie ses revenants

Au retour des vestiaire, Nice plie d’entrée. Eboué gratte un ballon dans les pieds de Lusamba. Le ballon revient à Fyodor Smolov, qui cadre Maxime Le Marchand et ouvre son pied entre les jambes du numéro 20 (52e). Cette ouverture du score ne coupe pas les ambitions locales.

Les Niçois continuent à jouer sans perdre leur cohésion. Fauché par Grandqvist (qui prend un rouge sur l’action) Lusamba obtient un pénalty, dont se charge Alexy Bosetti. Entré à la mi-temps, Bosetti tient l’occasion de signer son retour. Après un premier pénalty annulé et donné à re-tirer, l’enfant du Vieux-Nice s’offre une panenka tout en finesse (64e). L’Allianz Riviera, clairsemé ce soir, exulte.

En supériorité numérique, les jeunes Aiglons poussent pour rafler la mise. Leur envie fait pencher la balance du bon côté. En face, les Russes durcissent le ton et musclent les débats, mais les Azuréens ne desserrent pas l’étreinte, et après des tentatives lointaines de Lusamba et Marcel, prennent finalement l’avantage. Le grand Max Le Marchand, si important la saison passée, offre la victoire au Gym en se montrant plus véloce que tout le monde sur un corner de Bosetti dévié par le jeune Mahou au premier poteau (77e).

Nice tient le coup en fin de match, solide et surtout solidaire, grâce à ses jeunes qui ont montré de l’envie et du talent. Prometteur pour la suite. Les Aiglons souhaitent bon vent à l’Europe tout en espérant la revoir l’année prochaine. Et surtout, cette victoire fait toujours du bien au moral avant un déplacement importantissime à Paris, ce dimanche.

La stat’ : 19

Soit le nombre de mois qu’Alexy Bosetti avait passé loin de l’Allianz Riviera. Son dernier match avec le Gym sur sa pelouse date du 16 mai 2015 et la réception de Lens.

La réaction de Lucien Favre

« Il y a des choses intéressantes à retenir. Des joueurs pouvaient nous montrer ce qu’ils savent faire. C’était important de bien jouer, de faire une bonne prestation collective et d’en profiter pour voir quelques jeunes à l’oeuvre, qui n’ont pas souvent l’occasion de jouer en Championnat et que personne ne connaissait. C’était un match sans grand enjeu mais on a vu des choses très intéressantes de la part de deux ou trois joueurs. Le match face au PSG ? On y pensera à partir de demain (vendredi). »

La réaction de Mathieu Bodmer

« La qualification (pour les 16es de finale), on la perd contre Salzbourg à domicile. C’est assez simple. Ce soir, on a fait un bon match avec beaucoup de jeunes. C’est bien mais il ne faut pas oublier que Krasnodar était déjà qualifié. (...) On a mis les ingrédits et renversé la situation, C’est tout benef pour nous, on ne termine pas sur une défaite, la majorité des titulaires de dimanche (contre le PSG) se sont reposés cette semaine et on a donné du temps de jeu aux jeunes. On a vu en plus un but de Bosetti, tout le monde est content. »

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 2-1 FK Krasnodar (mi-temps : 0-0)

Affluence : 12 722 spectateurs

Arbitre : Sandro Schärer

Buts : Bosetti (64’), Le Marchand (77’) pour Nice ; Smolov (52’) pour Krasnodar

Avertissements : Balotelli (26’), Marcel (55’) pour Nice ; Eboué (25’), Granqvist (40’) pour Krasnodar

Expulsion : Granqvist (61’) pour Krasnodar

OGC Nice : Benitez - Burner, Souquet (Albert 74’), Le Marchand, Boscagli, Perraud - Lusamba, Bodmer (cap), Marcel - Balotelli (Bosetti 46’), Donis (Mahou 68’).

FK Krasnodar : Sinitsin - Naldo, Martynovich, Granqvist, Jedrzejczyk - Gazinski, Eboué, Akhmedov - Torbinski (Kaleshin 63’), Smolov, Joaozinho.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message