OGC Nice - FC Lorient (2-1) : la belle histoire continue

Sans forcément briller, le Gym a décroché une victoire précieuse face à Lorient. Pour cela, les Aiglons s'en sont remis à Super Mario Balotelli, une fois de plus.

Entre Mario Balotelli et l’OGC Nice, la Dolce Vita continue. La belle histoire, débutée il y a un mois plus tôt, a connu un nouvel épisode cet après-midi. Dans une Allianz Riviera clairsemée malgré l’horaire (dimanche 17h), l’attaquant a été l’étincelle dont le Gym a manqué pendant 80 minutes.

Une heure et demie plus tôt, les Aiglons ont rendu un vibrant hommage à René Marsiglia, décédé une semaine plus tôt. Les joueurs se sont réunis face à l’un des écrans géants sur lequel était diffusée un célèbre discours de l’ancien coach niçois face à ses joueurs, au sujet de sa maladie. S’en est suivie une vibrante minute d’applaudissements.

Il a fallu ensuite se reprendre et se mettre d’entrée dans le match. Lucien Favre opte à nouveau pour le 3-5-2, en laissant reposer Koziello pour le remplacer par Bodmer. Devant, Belhanda est placé en soutien de Balotelli, devant Seri et Cyprien.

Lorient prend le début de match à son compte et l’ailier Jimmy Cabot se montre particulièrement remuant sur le côté droit. Mais c’est Nice qui ouvre rapidement le score (une spécialité locale) grâce à un superbe travail de Ricardo sur son côté droit. Le défenseur portugais élimine trois défenseurs avant d’armer une frappe puissante que Benjamin Lecomte ne peut qu’effleurer (1-0, 10e).

La première mi-temps se montre relativement équilibrée, les deux équipes se répondent : Balotelli frappe de loin (14e), Mvuemba lui répond (18e). A la 27e minute, un coup franc de Seri est repris par Dante puis Belhanda mais sans inquiéter le gardien lorientais. Nice assure et Lorient joue surtout le contre, face à une défense bien en place. Au milieu, tout passe par Bodmer. Du côté des latéraux, un excellent Ricardo supplante un Dalbert moyen, sans doute fatigué par l’enchaînement des matchs.

Nice tremble et craque

Cardinale n’est que peu sollicité, si ce n’est par une frappe à la 38e minute. Il aura un peu plus à faire en seconde période, quand un coup de franc de Mvuemba passe juste à côté du cadre (48e). Puis suite à une mauvaise passe de Sarr dans l’axe, le portier niçois doit dévier une frappe puissante de Cabot.

Malgré deux actions pour les Aiglons (une tête de Balotelli à la 50e puis une reprise manquée de Seri à la 53e), la défense recule et Lorient égalise logiquement grâce à Benjamin Moukandjo, auteur du quatrième des cinq buts lorientais marqués cette saison (62e).

Lucien Favre réagit et Eysseric remplace Dalbert. Balotelli puis Eysseric manquent de redonner l’avantage au Gym, qui frôle ensuite la correctionnelle sur un corner, sauvé par Seri qui dévie le ballon sur la barre (72e).

Et Balotelli délivra le Gym...

Quasiment transparent jusque-là, l’attaquant italien, bien aidé par la très bonne entrée d’Alassane Pléa, se montre plus à son avantage. Celui-ci frappe un coup franc puissant juste à côté du cadre (82e), mais il est surtout à la conclusion d’une superbe action collective, servi par une talonnade de Cyprien. Après avoir contrôlé, Super Mario enroule une merveille de frappe dans la lucarne. Le Gym peut exulter, il reprend les devants sans pour autant le mériter.

La fin du match est plus tendue, et le même Balotelli écope d’un second carton jaune extrêmement sévère pour s’être approché un peu trop près de Steven Moreira. L’italien avait reçu un premier carton jaune en retirant son maillot lors de son but. Un carton rouge qui a déclenché la colère du stade, même si Balotelli a quitté le terrain ovationné par le public niçois en transe.

Sans être brillant dans le jeu, le Gym profite d’un brin de réussite qui lui a tant manqué par le passé pour arracher une précieuse victoire. Ce nouveau succès permet au Gym de rester invaincu, et surtout, avec 20 points, de passer la trêve internationale au chaud. Il lui faudra au moins ça, surtout avec la réception de Lyon qui approche à grand pas.

La stat’ : 20

Comme le nombre de points que compte le Gym après huit journées. C’est le meilleur total historique pour le club, qui n’avait jamais engrangé autant de points en huit journées. C’est aussi le deuxième meilleur bilan dans l’ère de la victoire à trois points, derrière Lyon, qui comptait 22 points en huit journées en 2006-2007.

La réaction de Lucien Favre :

On prend match après match. Jusqu’à maintenant ça fonctionne bien. On a bien commencé la partie, mis un but un peu inattendu par Ricardo. Ensuite Lorient était mieux que nous dans la conservation du ballon, c’était dur. Leur égalisation n’est pas imméritée. Après j’ai changé de système, dans un schéma où nous sommes plus à l’aise mais que l’on n’arrive pas à tenir 90 minutes. Les gars se sont mis à jouer avec quelques belles occasions mais on a pris des contres lorientais très dangereux. Il faut qu’on trouve la juste mesure. 8 matchs 20 points c’est magnifique. La philosophie c’est de voir match après match, de ne pas regarder plus loin.

La réaction de Ricardo Pereira :

Le but est important car il aide l’équipe en début de match. Je suis content pour ça. J’ai reçu le ballon, dribblé un joueur, après j’ai regardé s’il y avait quelqu’un pour centrer. Il n’y avait personne, alors j’ai décidé de frapper... Le match était très difficile. Lorient a des bons joueurs, ils nous ont mis en difficulté. Heureusement, on a gagné. Nous avons enchaîné 7 matchs en 21 jours en essayant de faire de notre mieux à chaque fois. C’est important de bien commencer et de prendre des points, mais la saison est très longue. La première place ? Nous ne pensons pas à ça, on a besoin de garder les pieds sur terres. Le championnat est très compétitif et difficile : il y a encore beaucoup à faire.

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 2-1 FC Lorient (mi-temps 1-0)

Affluence : 17 816 spectateurs

Arbitre : M. Olivier Thual

Buts : Ricardo (9e), Balotelli (87e) pour Nice ; Moukandjo (62e) pour Lorient.

Avertissements : Sarr (59e), Balotelli (87e, 92e), Eysseric (88e) à Nice ; Bellugou (26e), Cafu (85e) à Lorient.

Expulsion : Balotelli (92e) à Nice

OGC Nice : Cardinale – Baysse (cap.), Dante, Sarr – Bodmer (Pléa, 76e) – Ricardo, Cyprien, Seri, Dalbert (Eysseric, 63e) – Behanda – Balotelli

FC Lorient : Lecomte (cap.) - Moreira, Toure, Ciani, Le Goff - Bellugou (Mesloub, 64e) - Cabot, Cafu, Mvuemba (Ben Khemis, 85e), Mara - Moukandjo (Waris, 71e).

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message