OGC Nice - FC Nantes (4-1) : Nice poursuit son ascension

Toujours aussi impressionnants dans le jeu, les Aiglons ont dominé des Nantais trop faibles, grâce notamment à un doublé de Cyprien (4-1). Nice prend encore un peu plus le large en tête du championnat.

Mais qui arrêtera le Gym ? C’est la question que tout le monde se pose. Car face à l’armada offensive niçoise, peu de monde résiste. Marseille, Monaco, Lyon, Metz et maintenant Nantes font partie des principales victimes des Aiglons. Des niçois irrésistibles, aidés par la réussite, un peu de chance mais surtout un énorme talent.

Un talent qui permet à Lucien Favre de varier les plaisirs lors de la composition de son équipe. En l’absence de Baysse et de Dalbert, le coach suisse reconduit la défense à 4 avec Dante et Sarr au centre, accompagnés par Ricardo et Souquet sur les côtés. Au milieu, Bodmer est placé en sentinelle sous Seri et Cyprien. Devant, Balotelli fait son retour à la pointe de l’attaque, assisté sur ses côtés par Pléa et Belhanda.

Une composition relativement offensive mais les niçois seront les premiers secoués. Dès la première minute, Bammou manque une reprise face au but. Mais Nice réagit dès la 5e minute avec une belle percée de Balotelli dans l’axe.

Et comme il en a l’habitude, le Gym ouvre le score dès la 8e minute, à l’issue d’une nouvelle percée de Balotelli, stoppée par un tacle illicite dans la surface. L’arbitre laisse jouer, permettant à Cyprien de fusiller Rémy Riou de près (1-0, 8e). Un but qui coupe les jambes nantaises.

Face à des nantais très agressifs, Nice déroule et maîtrise son sujet. Bodmer et Seri jouent bas, et juste avant la demi-heure de jeu, le second lance parfaitement Balotelli au-dessus de la défense canarie. L’attaquant italien s’avance et crucifie Riou d’un extérieur du pied presque insolent (2-0, 27e).

En tribunes, c’est l’Argentine (la banderole Niss’Argentina le rappelle) et sur le terrain c’est le Brésil. Nantes réagit mais cela ne suffit pas à inquiéter des niçois très sereins.

Des Aiglons à réaction

Et pourtant, dès l’entame de la seconde période, une erreur de Bodmer va coûter cher : le milieu de terrain perd un ballon aux vingt mètres et offre un ballon de but à Emiliano Sala, qui ne se prive pas pour relancer les Canaris.

Un frisson va traverser les spectateurs niçois durant un quart d’heure. Nice semble reculer et faiblir. Le public de l’Allianz Riviera craint un retour nantais. C’était sans compter sur l’inévitable Alassane Pléa. D’une tête devant Riou, l’attaquant expédie un ballon d’apparence anodin dans le petit filet opposé (3-1, 60e), en profitant notamment d’une sortie manquée du gardien nantais.

Une nouvelle fois, Nantes prend un coup sur la tête, et moins de cinq minutes plus tard, Wylan Cyprien s’offre un doublé après une magnifique combinaison entre Balotelli et Ricardo (4-1, 65e).

La fin de match se montre à l’avantage des locaux, bien plus à l’aise dans la conservation du ballon. Malgré quelques alertes en fin de rencontre, les Aiglons maîtrisent et se dirigent tranquillement vers une neuvième victoire en onze matchs de championnat.

Au coup de sifflet final, Nice est plus que jamais leader de la Ligue 1 : le nul de Monaco permet au Gym de compter six points d’avance sur l’ASM et sur le PSG. De très bonne augure avant la réception de Salzbourg jeudi soir, en Ligue Europa.

La stat’ : 3

Depuis l’instauration de la victoire à 3 points, Nice est seulement la troisième équipe à compter au moins 29 points après 11 matches de Ligue 1, après Lyon en 2006/07 (31) et Paris en 2015/16 (29). Tous deux avaient été sacrés en fin de saison.

La réaction de Lucien Favre :

C’est mérité sur l’ensemble du match. On a pourtant connu des moments difficiles, notamment au début. Ils ont deux belles occasions et s’ils avaient marqué à ce moment-là, cela peut-être changé des choses. Ils ont joué avec un système avec deux attaquants sur notre défense plus Bammou et Harit. Ils étaient meilleurs que nous, là. Après, ils ont du changer parce qu’on a pris le dessus, parce Ricardo était tout seul, il pouvait monter et il était très dangereux. C’était ensuite un 4-4-2 normal.
Le 1er but tombe très bien. Le 2e est magnifique, Puis, à 2-0, il y a eu un petit relâchement. On prend ce but, sur une perte de balle alors qu’on était prévenus que Nantes presse de cette manière, et derrière on a souffert. Le 3-1 de Pléa est très important.

La réaction de Yoan Cardinale :

L’équipe a très bien joué aujourd’hui (dimanche), on a produit un très beau football. Le score vient avec la manière, c’est encore plus plaisant. 4-1 ? Ce n’est pas rien, mais gagner avec 4 buts d’écart, c’est pareil que gagner 1-0 : ça rapporte 3 points. C’est pour cette raison que je préfère souligner la manière. On peut être fiers du jeu qu’on a produit. Il va falloir continuer à travailler pour rester sur cette lancée et prendre du plaisir chaque week-end.

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 4-1 FC Nantes (mi-temps : 2-0)

Affluence : 24 418 spectateurs

Arbitre : M. Sébastien Moreira

Buts : Cyprien (9e, 65e), Balotelli (27e), Plea (60e) pour Nice ; Sala (48e) pour Nantes

Avertissements : Lima (30e), Djidji (36e), Sala (53e) pour Nantes ; Cyprien (63e) pour Nice

OGC Nice : Cardinale - Souquet, Dante (cap.), Sarr, Ricardo - Cyprien (Lusamba, 83e), Bodmer, Seri (Koziello, 81e) - Plea, Balotelli (Eysseric, 74e), Belhanda

FC Nantes : Riou - Dubois (Kwateng, 46e), Djidji, D.Carlos, Lima - Bammou, Gillet, Thomasson (Rongier, 77e), Harit - Sala, Stepinski (Kacaniklic, 69e)

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message