OGC Nice - Lille OSC (1-1) : un match nul au goût amer

A l'issue d'un match disputé, le Gym doit se contenter d'un match nul (1-1) face au LOSC. Les deux équipes n'ont pas démérité et le partage des points n'a rien de scandaleux.

Bis repetita. Les retardataires du soir se sont certainement mordus les doigts. Comme la semaine dernière, Nice a très vite pris les devants. Encore une fois, dès la 4e minute, le pressing haut de Pléa et Koziello fait craquer Amadou, qui perd le ballon face au but. Le petit milieu de terrain niçois n’a plus qu’à aller crucifier Enyeama. Entame de match idéale pour les niçois.

D’autant plus que derrière, les Aiglons poussent pour doubler la mise. Sans Dante (mais avec le même onze de départ qu’à Angers), face à des lillois en difficulté, Nice déroule. Une frappe de Eysseric dans le petit filet (10e) et quelques inspirations bien senties permettent à Nice de gérer son avantage. Dalbert, encore une fois très remuant à gauche, centre pour Eysseric mais celui-ci rate son contrôle (18e). Les lillois, timides et brouillons, sont dominés par des niçois plutôt généreux, malgré des pertes de balles et des fautes d’inattention.

Une action litigieuse

Mais contrairement à la semaine dernière, Nice ne va pas réussir à conserver son avantage. A la 27e minute, Franck Béria est décalé par Benzia dans la surface niçoise. Le défenseur lillois ouvre son pied et trompe Cardinale, impuissant. Problème : le but est entaché d’un hors-jeu. Mais le mal est fait et Nice a concédé son premier but de la saison.

Derrière, Nice semble démobilisé, surpris par ce but inattendu tant les lillois ont eu du mal à concrétiser. Nice recule mais tient. Et joue en contre. Dalbert trouve la tête de Pléa, mais c’est à côté (38e). Malgré des frappes de Cyprien et Pléa côté niçois et de Sankahré et Eder côté lillois, le score ne bouge pas avant la mi-temps (1-1).

Une deuxième mi-temps plus équilibrée

Après la pause, Nice repart à l’abordage. Mais les lillois se montrent les plus dangereux avec un coup franc vicieux de l’ancien niçois Éric Bauthéac (d’ailleurs ovationné par le public à sa sortie), qui oblige Cardinale à une parade in extremis (48e).

Alors que le public niçois dévoile une banderole de solidarité aux victimes du séisme qui a ravagé le centre de l’Italie, les Aiglons poussent et c’est encore Dalbert, après un énorme travail sur le côté gauche, qui sert Pléa en retrait. Mais celui-ci rate son contrôle et un cafouillage s’en suit (56e).

Dans un stade chauffé à blanc, Nice subit les nombreuses fautes lilloises qui cassent le jeu. Bodmer et Béria sont d’ailleurs successivement avertis. La fin de match est plus indécise, et le trio offensif niçois (Pléa, Eysseric, Cyprien) est incapable de trouver la faille dans la défense lilloise. Très remuant lors de son entrée, Nicolas de Préville bute sur Cardinale (70e) et envoie une tête sur la barre (87e). Mais la chance semble sourire aux niçois.

En toute fin de partie, Walter manque de crucifier Enyeama mais le gardien nigérian sort parfaitement (90e). C’est ensuite Eysseric, sur corner, qui dévie de la tête un centre dans la boîte (90+1e).

Le score n’évolue pas et les deux équipes peuvent avoir des regrets. Nice a eu un bon nombre d’occasions mais ce n’est pas passé. Le but entaché d’une position donne également un goût amer au match nul à une rencontre qui aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre.

Nice compte 7 points après trois matchs, et occupe provisoirement la tête du championnat à égalité avec Guingamp. Malgré un mercato pas encore bouclé (il faut absolument recruter offensivement) et une formation qui manque d’automatismes, le bilan est plus que satisfaisant. De bon augure avant les matchs face à Marseille (dimanche 11 septembre à 20h45), puis à Monaco (mercredi 21 septembre à 19h), sans oublier le premier match de la Ligue Europa (le jeudi 15 septembre à 21h05). Le tout après une trêve internationale qui va faire du bien aux organismes.

La stat’ : 13

Comme le nombre de tirs niçois durant la rencontre. Malheureusement insuffisant pour renverser un bloc défensif lillois bien en place. C’est certes le signe que l’attaque niçoise se porte un peu mieux qu’on aurait pu l’espérer, mais cela ne refrène en rien le besoin urgent de recruter à ce poste.

La réaction de Valentin Eysseric : « On était un petit peu fatigué, surtout en seconde période. On avait un peu les jambes lourdes. Il faisait très chaud, il faut faire avec, les conditions sont les mêmes pour les deux équipes. C’était un bon match nul avec des occasions. on aurait pu se faire piéger, on s’est découvert, ils ont été dangereux sur quelques situations. On va prendre ce point, ça en fait 7 en trois matchs, c’est un bon début, il faut continuer comme ça. La trêve nous fera du bien, on pourra se reposer et bien retravailler pour être performant contre Marseille. Je tiens à remercier les supporters, qui m’ont bien aidé ce soir. »

La réaction de Lucien Favre : « Il faut savoir accepter ce nul. Tenir compte de ce qu’a proposé l’adversaire. C’est un bon point, les deux équipes auraient pu gagner. Athlétiquement ils étaient supérieurs. Dans la technique aussi. Il n’y a pas eu assez de possibilités pour nous de percuter. Les tirs comme celui de Cyprien en 2e période, il aurait fallu en faire plus. »

Crédit photo et plus d’infos sur www.ogcnice.com

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 1-1 Lille OSC (mi-temps 1-1)

Affluence : 16 355 spectateurs

Arbitre : M. François Letexier

Buts : Koziello (4e) pour Nice ; Beria (27e) pour Lille

Avertissements : Dalbert (48e), Bodmer (62e) à Nice ; Beria (63e), Amadou (82e) à Lille

OGC Nice : Cardinale - Ricardo, Baysse (cap.), Sarr, Dalbert - Bodmer (Walter, 69e) - Koziello, Seri - Cyprien, Pléa, Eysseric (Lusamba, 90e).

Lille OSC : Enyeama - Corchia, Civelli, Soumaoro, Beria (cap. ; Palmieri, 83e) - Amadou, Benzia (Mendes, 83e), Sankharé - Amalfitano, Eder, Bauthéac (De Préville, 69e).

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message