OGC Nice - Montpellier HSC (1-0) : victoire royale !

Grâce à un but libérateur de Pierre Lees-Melou, les Aiglons ont fait la bonne affaire du week-end et s'emparent de la cinquième place, avec une toute petite longueur d'avance sur ses poursuivants.

Tout fut dur, anxiogène, tendu et disputé. Mais sous un soleil de plomb, alors qu’il était (encore) attendu au tournant, le groupe de Lucien Favre n’a pas déçu. Mieux, il a accepté le défi imposé par un adversaire plus à l’aise sans le ballon, s’en est accommodé sans se renier, et a finalement gratté un précieux succès dans la course à l’Europe, grâce à une copie généreuse bonifiée par un éclair.

Dès le coup d’envoi, l’adversaire montpelliérain évolua « en formation de combat », les lignes serrées et le bloc à mi-terrain. Petite différence, Michel Der Zakarian délaissa son 5-3-2 habituel pour un 4-2-3-1 taillé pour gêner le milieu rouge et noir. Pari (d’abord) réussi pour le coach héraultais. Peu à l’aise dos au jeu, sur les relances courtes (et délicates) de la base arrière, le tandem Skhiri – Piriz se montra en revanche redoutable lorsqu’il évolua face aux débats. Lorsqu’il put défendre en avançant et se projeter vers l’avant, en prenant appui sur le robuste Sio et le très actif Sambia.

Et le Gym dans tout ça ? Au cours de la première période, il ne mit d’abord pas assez de vitesse dans ses transmissions pour secouer la 2e défense du pays. Il s’appuya, ensuite, sur la chaleur de son public, les jambes de Saint-Maximin et la vista de Mario pour faire monter la pression, juste avant la pause.

Pour autant, peu d’occasions franches vinrent égayer un premier acte tactique et physique. A la chaîne, Skhiri plaça une très bonne frappe hors-cadre (13’). Sio deux coups de tête, le premier capté par Benitez (30’) et le second à côté (34’).

Côté Niçois, Mario, batailleur et à l’aise en remise, arma un bon tir qui termina sa course hors de la mire (37’). Saint-Maximin, qui causa 1000 maux à Congré, se heurta aux poings de Lecomte sur un bon centre de Lees-Melou (40’). Puis Dante et Mario partirent au charbon sur un corner, mais la bataille fut remportée par le portier adverse, qui capta.

Il était écrit que la différence se ferait dans les coeurs. La victoire se jouerait à l’envie, à la hargne. Le Gym fit son retour sur le pré avec envie et hargne. Plea, un peu excentré dans la surface visiteuse, s’essaya de l’exter’ mais manqua le cadre (56’). Un prélude au seul but de la rencontre...

Dans la foulée, Saint-Maximin, passé à gauche, intercepta une passe de Mukiele (ce qui confirma les difficultés du MHSC à la première relance...) et transmit rapidement à Lees-Melou. M. Pierre sculpta une chef d’oeuvre, s’avança, et cogna fort de l’intérieur du pied. Le ballon rebondit une fois, prit de la vitesse, et termina sa course dans le petit filet de Lecomte (1-0, 59’).

Le Gym avait fait le plus dur. Il appuya sur le champignon pour tuer le match, sans toutefois y parvenir, ce qui maintint les 21 285 spectateurs de l’Allianz sous une énorme pression.

Saint-Maximin, encore et toujours, envoya une ogive juste au-dessus de la barre (67’), et le groupe de Lucien Favre refusa de reculer, retenant ainsi les erreurs commises dans un passé récent.

Seri vit sa frappe contrée par la défense héraultaise. "ASM" observa Lecomte repousser la sienne (77’). Et dans les dernières minutes du match, les Aiglons firent corps autour de l’immense Dante, pour conserver leur avance et, finalement, réaliser LA bonne opération de cette 34e journée.

Voilà le sprint parfaitement lancé...

LA RÉACTION DE LUCIEN FAVRE

« C’est une victoire courte mais méritée sur l’ensemble du match. On n’avait pas le choix avec les résultats depuis quinze jours. Il fallait gagner. Nous avons pris les risques qu’il fallait. Par contre on n’a pas assez percuté dans les seize mètres, d’ailleurs on marque d’une frappe de 25m. On a su rester dans le jeu sans confondre vitesse et précipitation. Au final, Montpellier a très peu d’occasions. On était 19e en novembre. Il ne faut pas oublier d’où on vient. Dans ce peloton pour l’Europe ça ne tient à rien. On est en tête de ce groupe pour l’instant mais ça continue, il y a un mois de compétition encore. Tous nos adversaires à venir ont quelque chose à jouer car tout est très serré dans ce championnat, ce qui est rare dans un championnat à 20 en étant aussi près de la fin ».

LA RÉACTION DE DANTE

« Aujourd’hui, on a fait ce qu’il fallait : gagner à la maison. C’était très important de prendre ces 3 points après deux derniers matchs nuls. Par contre ce n’est pas maintenant qu’il faut penser à la 5e place et à tout le reste, parce que ce serait très dangereux. On doit se concentrer sur le match qui vient, c’est tout. Le déplacement à Strasbourg sera très difficile, on le sait. Il faudra aller là-bas avec un esprit de guerrier. On va rencontrer une équipe très difficile à jouer, qui a beaucoup de qualité. Ce sera une finale, il faut qu’on se prépare bien, comme on s’est bien préparé avant ce match de Montpellier. La prestation de Pierre ce dimanche ? C’est un joueur qui est en train de progresser, un travailleur, un bon garçon, il est toujours à l’écoute. On est content pour lui, malheureusement dans le foot, on n’a pas le temps de se satisfaire de ce qui est passé. On espère qu’il va bien récupérer parce qu’on aura besoin qu’il fasse une grosse performance à Strasbourg ».

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 1-0 Montpellier HSC (0-0 à la mi-temps)

Affluence : 21 285 spectateurs

Arbitre : Ruddy Buquet

Buts : Lees-Melou (59’) pour Nice.

OGC Nice : Benitez - Souquet, Marlon, Dante (cap), Le Marchand - Lees-Melou, Tameze (Cyprien 89’), Seri - Saint-Maximin (Sarr 86’), Balotelli (Le Bihan 84’), Plea.

Montpellier : Lecomte - Mukiele, Mendes, Hilton (cap), Congre - Shkiri, Piriz - Sambia (Ikoné 71’), Mbenza (Camara 83’), Dolly (Ninga 65’) - Sio.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message