OGC Nice - Stade Rennais (1-0) : Nice débute de la meilleure des manières

Dans un contexte particulier, l'OGC Nice avait à cœur de réussir sa rentrée. Sérieux et appliqués, les Aiglons ont arraché leur première victoire de la saison (1-0), grâce à un but du tout jeune Malang Sarr.

"Nissa à jamais debout". La banderole, apposée au pied de la tribune Populaire Sud, résumait à elle seule l’état d’esprit qui régnait dans l’antre des Aiglons. Le peuple niçois a rendu, avant le match, un immense hommage aux 85 victimes de l’attentat de Nice, un mois après. Après l’énumération des noms de tous ces anges (le moment le plus émouvant de l’hommage), les 22 joueurs ont pénétré sur le terrain dans un silence de cathédrale.

Après ce moment de recueillement, l’Allianz Riviera a retrouvé sa ferveur et l’ambiance n’est jamais retombée. Sur le terrain, les Aiglons entament le match avec la ferme intention de faire céder le bloc rennais. Celui-ci résiste et dès la 11e minute, Cardinale intervient sur une frappe lointaine. Côté offensif, Dalbert réalise un très bon début de match, remuant et virevoltant sur son côté gauche. La première demi-heure est marquée par de nombreuses imprécisions et pertes de balles, tant du côté niçois que rennais. Mais chez les niçois, Rémi Walter veille au grain et ratisse large. Un vrai rôle de numéro 6.

Clément Chantôme, blessé, laisse sa place à Kamil Grosicki dès la 24e minute. Celui-ci se montrera immédiatement remuant et fera passer quelques petites frayeurs aux supporters niçois. Mais de l’autre côté, une frappe ratée de Pléa sur un coup franc (32e), une belle combinaison entre Souquet, Koziello et Pléa (35e) ou encore deux occasions successives de Dalbert (41e et 44e), maintiennent Nice à flot. Mais le 4-3-3 (ou 4-1-4-1) de Lucien Favre ne trouve pas la faille face au 4-4-2 de Christian Gourcuff. A la mi-temps, le score est logiquement de 0-0.

Pour trouver la solution, Nice donne "Malang" au chat

En deuxième mi-temps, Rennes revient avec plus d’intentions et les premières occasions sont plus dangereuses. Cardinale doit à nouveau intervenir à la 51e minute, avant d’être parfaitement secondé par Paul Baysse, bien revenu sur Giovanni Sio après une perte de balle de Rémi Walter aux 20 mètres (54e). Juste avant l’heure de jeu, Anastasios Donis fait ses premiers pas à l’Allianz Riviera sous les couleurs du Gym, en remplaçant Alassane Pléa, diminué après avoir reçu une béquille.

Quelques secondes plus tard, Mika Seri botte un coup franc excentré qu’il dépose sur la tête de Malang Sarr, esseulé au second poteau. D’un coup de tête rageur, le tout jeune défenseur de 17 ans, originaire du quartier des Moulins, trompe Benoît Costil et peut laisser éclater sa joie (59e). Celui qui joue pour le Gym depuis l’âge de cinq ans est le vingt-troisième joueur du centre de formation à être lancé en pro depuis la saison 2012-2013.

Juste après ce but libérateur, c’est Arnaud Souquet, autre "nouveau" (auteur d’une prestation correcte) qui manqua de doubler la mise mais sa frappe échoua dans le petit filet de Costil. Dans une arène chauffée à blanc (!) par l’ouverture du score, les supporters niçois donnent de la voix et offrent une ambiance énorme à leurs joueurs. Ceux-ci reculent, et Vincent Marcel cède sa place à Wylan Cyprien à la 61e minute.

Les rennais poussent et se procurent deux grosses occasions (70e, 74e), mais c’est Yoann Gourcuff qui pense égaliser, à la 80e, avant de voir son but refusé pour un hors-jeu... Contestable. En effet le ralenti de l’action montre que le ballon lui est transmis (involontairement) par Seri.

Les dix dernières minutes se résumeront à des attaques rennaises sur le but niçois. Heureusement, Cardinale et sa charnière Baysse-Sarr assurent et empêchent Nice de sombrer. Une dernière action entre Lusamba, Donis et Cyprien, puis c’est l’entrée de Mathieu Bodmer à la 88e minute (à la place de Arnaud Lusamba) qui vient renforcer le milieu de terrain. Un choix payant puisque malgré une sortie manquée de Cardinale à la 90e puis une tête de Diakhaby sur la barre au bout du temps additionnel.

Si le match ne s’est pas montré particulièrement excitant, la faute à deux équipes au jeu assez bloqué par le bloc défensif adverses, les niçois ont su trouvé la faille sur coup de pied arrêté. Nice a tout de même montré un jeu plus encourageant que Rennes, et a confirmé les progrès entrevus lors du dernier match amical face au Sporting Portugal (0-0). Des progrès qui resteront à démontrer dès la semaine prochaine, avec un déplacement à Angers (samedi 20 août à 20h)

Malgré les assauts subis en fin de match, Nice remporte son premier match de la saison et vient se placer au cinquième rang. Un classement anecdotique en ce début de saison, mais qui laisse présager des jours meilleurs. Quoi qu’il en soit, le Gym a rendu le plus beau des hommages à ses 85 anges partis trop tôt, en leur offrant une victoire qui leur est dédiée.

La stat’ : jour de premières

Malang Sarr a marqué son premier but en Ligue 1 pour sa première titularisation. Il marque donc le premier but de la saison pour les niçois, leur permettant d’emporter leur première victoire... Et tout ça sur leur premier (et unique) tir cadré du match.

La réaction de Malang Sarr : C’est une très très bonne soirée, tout s’est bien passé. Je trouve qu’on a fait un bon match contre une belle équipe de Rennes qui est costaud. On s’attendait à une partie difficile, ça l’a été. Sur le but, je m’attendais à ce que Micka Séri l’a mette au deuxième poteau. Je me suis dit qu’il fallait y aller à fond pour marquer. C’est fou, c’est fort en émotion c’est une très belle première, je suis assez fier. Sur le moment, je me dis qu’il faut tenir, ramener la victoire, c’est un bel hommage pour les victimes. C’était important de faire quelque chose, de leur dédier ce but, c’est une façon de le rendre hommage. Ça été dur car je suis quelqu’un d’ici, je connaissais des personnes parmi les victimes. Je suis fier de leur rendre hommage en marquant."

La réaction de Lucien Favre : "Ce fut très dur, face à une très bonne équipe rennaise. Ces trois points sont déjà trois points de pris.Il y a une bonne marge de progression chez les joueurs. Et gagner aujourd’hui, un mois après les attentats, c’est un plus."

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 1-0 Stade Rennais (mi-temps 0-0)

Affluence : 19 075 spectateurs

Arbitre : M. Antony Gautier

But : Malang Sarr (59e) pour Nice

Avertissement : Bensebaini (32e) pour Rennes

OGC Nice : Cardinale - Souquet, Baysse (cap), Sarr, Dalbert - Koziello, Walter, Seri - Marcel (Cyprien, 61e), Lusamba (Bodmer, 88e) - Plea (Donis, 58e).

Stade Rennais : Costil - Moreira, Mendes, Bensebaini, Baal - Chantôme (Grosicki, 24e), Fernandes (Erasmus, 79e), André, Saïd - Gourcuff, Sio (Diakhabi, 70e).

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message