SM Caen - OGC Nice : un match nul rageant

Devant au score après une première période maîtrisée, le Gym aurait pu et dû l'emporter en Normandie mais concède le nul à la dernière seconde sur une énième erreur défensive.

Il ne restait que 30 secondes à jouer. Depuis plus de dix minutes les Aiglons géraient leur avantage, faisaient tourner le ballon proprement et auraient même pu tuer la partie sans les multiples parades de Rémy Vercoutre. Après dix premières minutes difficiles, ils avaient mis leur patte sur la rencontre, pris l’avantage par Lees-Melou et résisté en début de seconde période au hourra-football caennais. Mais voilà. Une perte de balle inutile dans le camp caennais, un mauvais replacement et un énième ballon dans la boite des malherbistes était converti acrobatiquement par Ronny Rodelin. Pour les Aiglons, ces deux points perdus au bout du temps additionnel sont difficiles à digérer. Après le succès acquis au forceps face à Dijon pour stopper l’hémorragie, on a longtemps cru que les Rouge et Noir allaient réaliser le gros coup de cette 13e journée et basculer - enfin - dans la première partie de tableau.

De retour dans le groupe, Mika Seri débutait sur le banc. C’est la paire Mendy - Tameze qui commençait la rencontre, avec une équipe niçoise organisée en 4-2-3-1. Dans les buts, Lucien Favre maintenait sa confiance à Walter Benitez. Les premières minutes plantaient le décor des intentions caennaises. Jeu direct vers l’avant pour les grands gabarits normands. Le Gym subissait, concédait de nombreux corners mais l’axe Dante - Le Marchand était souverain dans les airs. Benitez était bien placé sur une frappe à bout portant de Santini (9e), alors que son homologue Vercoutre s’interposait sur deux frappes trop molles de Lees-Melou (7e) et Plea (13e). Plus l’horloge tournait, plus le Gym imposait son rythme, avec Wesley Sneijder comme métronome. L’international néerlandais distillait une ouverture succulente pour Plea, qui enchaînait le geste juste... mais avait le malheur de voir le poteau repousser sa tentative (23e).

Après une frappe vicieuse de Sneijder prolongée par Vercoutre (34e), le Gym convertissait ses temps forts au tableau d’affichage. Papy Mendy ouvrait sur la gauche pour Lees-Melou, Plea du bout du crâne déviait l’offrande. L’ancien dijonnais fixait Vercoutre et marquait en force du gauche, son deuxième but cette saison (0-1, 40e).

Le retour des vestiaires rappelait le début de match. Caen appuyait sur l’accélérateur, et le Gym ne parvenait qu’avec difficulté à sortir de ses 30 derniers mètres. Sur une perte de balle de Souquet, Bazile se présentait face à Benitez, crochetait l’Argentin mais trop excentré ne parvenait pas à redresser sa frappe (53e). Le portier niçois s’interposait devant Rodelin sur coup franc (57e), avant d’être décisif à la 65e sur un penalty de Santini (main de Jallet dans la surface) qu’il allait bien chercher le long de son poteau gauche.

La fin de match approchait et les locaux baissaient de pied physiquement. Le Gym, avec l’entrée de Seri et la maestria de Sneijder, ressortait mieux ses ballons et lançait des contre-attaques précises. Mais le Néerlandais sur coup-franc (84e), Lees-Melou (89e) et Plea (90e+1) butaient sur un Rémy Vercoutre impérial. Avant cette cruelle 93e minute...

PAROLES, PAROLES

LUCIEN FAVRE : « Notre début a été mitigé. On a pris gentiment le jeu en main ensuite. Nous avons eu beaucoup de possession, on a bien fait tourner le ballon. On marque un but, et il n’est pas hors jeu contrairement à ce que j’ai pu entendre. En deuxième periode nous avons perdu trop de ballons au milieu. On a subi leur pressing, il faut qu’on se démarque plus vite dans ces conditions. Il nous a manqué de la vitesse d’exécution à ce moment-là. Caen joue 4-4-2 avec une équipe de taille, très athlétique. Mais on n’est pas surpris de ce qu’ils ont proposé. C’est une équipe solide. On a des regrets mais c’est comme ça. Que voulez-vous faire ? Ca m’embête forcément, c’est dur à encaisser ».

DANTE : « Il y a une grosse déception, surtout qu’on voulait impérativement prendre les 3 points aujourd’hui. Nous avons tout donné et raté certaines occasions. Quand on prend un but comme ça… On est très très déçu, mais il ne faut pas baisser la tête, continuer à travailler et analyser ce que nous n’avons pas bien fait pour les prochains matchs. Dans la globalité du match nous avons eu un très bon état d’esprit, nous avons été compacts et avons développé du jeu. Nous avons retrouvé notre jeu, notre agressivité. Il y a tout de même beaucoup de points positifs sur lesquels nous devons nous appuyer ».

ADRIEN TAMEZE : « C’est dur, ça a le goût d’une défaite. On parvient à garder l’avantage tout le match, avec Walter (Benitez) qui arrête le pénalty. C’est dommage de prendre ce but à la 92e. Je me suis senti bien, il faut continuer ainsi. Mais je retiens surtout ce match nul amer, poursuit l’ancien Valenciennois. On sait que ce n’est jamais facile de venir jouer ici. On doit quand même tirer un coup de chapeau à l’équipe de Caen, qui a été très bonne au retour des vestiaires, en mettant plus d’impact physique. Nous avons eu plus de mal à ressortir le ballon. Maintenant, il faut regarder vers l’avant ».

A Caen, stade Michel d’Ornano,
SM Caen 1-1 OGC Nice (mi-temps 0-1)

15 000 spectateurs environ

Arbitre : Sébastien Desiage

Buts : Rodelin (90’+3) pour Caen ; Lees-Melou (40’) pour Nice

Avertissements : Sankoh (25’), Djiku (82’) à Caen ; Tameze (55’), Benitez (75’), Plea (78’) à Nice

SM Caen : Vercoutre - Genevois, Da Silva, Djiku, Mbengue - Kouakou (Nkololo, 73’), Sankoh, Féret, Bazile (Bessat, 69’) - Rodelin, Santini

OGC Nice : Benitez- Souquet, Dante (cap.), Le Marchand, Jallet - Mendy (Koziello, 76’), Tameze (Seri, 69’) - Walter, Sneijder, Lees-Melou - Plea

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message