Rugby : Exploit du Stade Nicois à Bourgoin (18-17)

Le Stade Nicois a battu Bourgoin sur ses terres, hier soir, dans les dernières secondes de la rencontres (18 à 17). Une victoire qui permet aux Nicois de consolider sa 3e place.

Quel exploit de la part des azuréens ! Jusque-là invaincu à domicile, les bergalliens sont tombés face à une valeureuse équipe niçoise, venue sans 8 joueurs blessés et/ou suspendus. Pourtant cela n’a pas du tout eu l’air d’avoir impacté le jeu des joueurs de David Bolghavili. Dès les premières minutes, les azuréens prennent les choses en main et inscrivent même leur premier essai par l’intermédiaire du troisième ligne Jonathan Mace.

Bourgoin est pris par la vitesse des niçois et subit ce début de match avant de prendre les choses en main, petit à petit. Malgré les conditions de jeu pas facile (fine pluie, terrain humide et faible température), les deux équipes essayent de jouer au rugby. De nombreuses fautes de mains cassent le rythme et permet aux deux packs de se jauger sur les mêlées. Une domination à mettre à l’avantage des locaux durant la totalité du match. Du moins, jusqu’à la 79e minute où les isérois mènent 17 à 11.

Une fin de match irrespirable

6 points séparent les deux équipes dans la dernière minute. C’est à ce moment que les visiteurs décident d’aller en touche pour aller chercher la victoire. Par deux fois, le pack niçois met à reculons leurs adversaires qui ne craquent pas. Il aura fallu attendre la 3e touche à 5m de l’en-but bergallien pour que les niçois puissent (enfin) construire leur maul. Les avants se structurent bien autour du ballon et avancent. Trop même puisque les locaux décident de se mettre à la faute et l’arbitre accorde un essai de pénalité aux stadistes, synonyme de 7 points. Nice grille Bourgoin sur le fil 18 à 17.

Une troisième ligne héroïque

Durant ce match, toute l’équipe niçoise a été au diapason. Une mention particulière pour la troisième ligne qui a réalisé un match XXL. La triplette Erskine-Malavard-Mace a régnée sur la rencontre. L’anglais a comme à son habitude, eu un abattage fou en défense en multipliant les placages et une générosité incroyable en attaque avec un grand nombre de charges. Plus en général, c’est toute la défense azuréenne qui a été incroyable. Les pensionnaires de Pierre –Rajon ont multiplié les temps de jeu dans les 22m niçois sans pouvoir inscrire des points. De son côté, l’attaque des rouges et noirs a été réaliste, prendre des points quand on a l’occasion.

Diffusé pour a première fois à la télévision sur la chaine L’ÉQUIPE, le Stade Niçois a pu montrer aux sceptiques qu’il faudra compter sur eux cette saison.

Prochain rendez-vous, dimanche prochain 15h à Vienne pour la confirmation.

Pierre Ferrand

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message