Eurostat : la déflation des prix risque de peser sur la reprise économique

Selon une première estimation d’Eurostat, l’office de statistiques européen, l’inflation a été une nouvelle fois négative en décembre 2020. La pandémie de Covid-19 aura durement touché la progression naturelle des prix dans la zone Euro.

En août 2020, et pour la première fois depuis 2016, selon l’Eurostat, ils ont reculé : c’était le premier mois d’inflation négative de l’année 2020, à -0,2%. Or, pour rappel, la BCE a pour objectif de long terme une inflation positive proche mais inférieure à 2 %. En 2020, on est loin du compte.

D’autant plus que rien a changé depuis le mois d’août 2020. En effet, sur l’ensemble de la zone euro, soit 19 pays, l’inflation n’a pas retrouvé le territoire positif depuis lors. La confirmation est tombée le 7 janvier 2021, avec les données préliminaires d’Eurostat pour le mois de décembre 2020 indiquant que la zone Euro a été en déflation pour le 5e mois consécutif, à -0,3%.

Depuis septembre 2020, l’inflation stagne à -0,3%, ce qui ne manque pas d’inquiéter Eurostat mais également l’ensemble des pays. La pandémie n’étant pas résolue, la seconde vague reprenant même de l’ampleur, il y a un risque que cette situation de baisse des prix se poursuive en 2021.

Or, la déflation pourrait entraîner une spirale infernale pour l’économie. La baisse des prix et de la consommation liée aux mesures de gestion de la pandémie risque de causer une situation d’attentisme de la part des consommateurs. Ces derniers pourraient être dans l’attente d’une chute des prix encore plus importante, en repoussant leurs achats, ce qui ne ferait qu’exacerber la déflation, et ainsi de suite.

Partager

Laisser un commentaire