FlipNpik : une Plateforme qui chante les louanges du commerce local

La startup Française n'a qu'une philosophie : la promotion des créateurs et de leurs savoirs-faire grâce à des campagnes de communications. Le but est de permettre d'augmenter leur visibilité et leur chiffre affaires. Pour ce faire, l’entreprise utilise ses outils qu'elle a développés pour inciter les consommateurs à aller sur la plateforme.

La jeune pousse a son siège social à Annecy. Elle a aussi une antenne en Amérique du Nord au Canada. L’application existe depuis 2018 et a créer son site web en janvier 2020. Elle recense actuellement 10 000 commerçants et 2000 utilisateurs. Elle a fait récemment une levée de fond de deux millions d’euros auprès de différents investisseurs. Elle a reçu le label Finance innovation de la part du ministre des Finances Bruno le Maire. Quels sont ces objectifs ? Pourquoi se développer sur la cote d’azur ? Jessica Nguyen, la fondatrice de FlipNpik nous explique ces choix.

Comment fonctionne l’application ?

L’application va ainsi récompenser des consommateurs à chaque fois qu’ils créaient du contenu pour eux. Par exemple, si j’aime ma petite boulangerie, je vais prendre en photo les croissants, je vais les publier sur la page e la boulangère sur notre application et je vais recevoir des points. Avec ces derniers, je vais pouvoir avoir accès à des bons, à des rabais des cadeaux, soit au sein des boutiques qui font partie de l’écosystème flipNpik soit notre réseau de partenaires. Parmi eux, on peut avoir du kayak en Dordogne à -50%, un ticket de cinéma offert à Genève.

Pourquoi Sophia Antipolis est une particularité du secteur ?

C’est l’une des meilleures technopoles en Europe. Sachant qu’on porte un projet français qui a l’ambition de partir sur les marchés publics en 2021-2022. C’est donc une évidence pour nous. On avait regardé un peu partout à Paris, Bordeaux... Mais cette technopole nous permet d’avoir accès à une région très dynamique, notamment dans le domaine des ressources humaines. Pour le recrutement, on sait que ce sera plus simple de trouver car ici à Sophia Antipolis entre les écoles et les startups. Il y a aussi une certaine ouverture dans la région avec notamment des aides qui ne sont pas uniquement financières. On sait qu’il y a les ressources et des personnes ouvertes d’esprits qui seront nécessaire. Enfin, toute notre technologie de récompense est basée sur la Blockchain.[ une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle et complètement décentralisée] On n’a donc pas besoin de communiquer dessus aux régions, aux élus, aux commerçants ou encore à nos utilisateurs pour ne pas les embrouiller. Ainsi, on aura un bureau à Annecy qui s’occupera de la partie Nord de la France, de la région Rhône-Alpes, île de France Nantaise... On aura aussi peut être un bureau à Sundesk à Valbonne d’ici la fin de l’année.

Comment choisissiez-vous vos partenaires pour intégrer le programme fidélité ?

Ces partenaires doivent avoir un attrait pour les petits commerçants. On est en
discussion avec une compagnie qui permet de payer le stationnement en ville via son smartphone. Pour nous, c’est une manière d’aller chercher la communauté de consommateurs pour l’a ramener en centre-ville. Le constat, c’est qu’aujourd’hui, le stationnement en ville coûte cher. Ainsi, on se dit, on va faire un partenariat avec cette compagnie pour pouvoir offrir 30 minutes voire une heure de stationnement gratuit. Eux, ont la volonté de ramener le trafic dans le centre-ville pour les commerçants. Finalement, nos partenaires sont sélectionnés pour l’attractivité qu’ils apportent tant au niveau du tourisme pour les villes et les régions, pour les commerçants en fessant des actions en leurs faveurs.

Quid des commerçants ?

La sélection des commerçants et des créateurs est très sévère. On ne veut pas des franchises, uniquement du local et de l’indépendant. On veut du design ou du made in France. Dans tous les commerces référencés sur FlipNpik, il y a de l’Humain et pas des robots qui vérifient que chaque commerce inscrit ne soit pas des franchises, des grandes marques ou une grande chaîne derrière. On est aussi exigeant sur la qualité du contenu diffusé. On est là pour offrir de la visibilité, pas pour juger un commerce. On regarde aussi que les photos publiées sont nettes et pas floues. On veut au minimum de la production européenne et du design fait en France. On veut respecter les conditions de travail et le savoir-faire français et européens.

Comment vous êtes-vous organisé avec les élus par rapport au coivd-19 ?

C’est très frais comme sujet, on a reçu récemment une alerte presse covid dans le cadre de communication de crise. Le but est d’alerte les élus, les maires associations de commerçant pour donne clé en mains une solution, soit en leur donnant une vitrine de vente supplémentaire, soit une solution pour vendre et dégager du chiffre, soit simplement une communication pour ramener le trafic sur notre site internet sur la page du commerçant. On le fait gratuitement sur une période de 3 mois ou du reste prolongeable si la période de confinement et de fermetures des commerces s’étale sur le temps.

Quelles sont vos différentes formules proposées ?

Il y a premièrement une formule gratuite pour les commerçants qui sont à l’aise avec les outils du numérique. Ils peuvent aller sur l’application, se créer un compte et être complètement autonome. Celle à 365 euros est pour le commerçant qui a besoin de nous pour augmenter sa visibilité. En revanche, il ne veut pas forcement vendre ses produits sur le site. On lui fournira alors de la visibilité en ligne. Enfin, le commerçant qui a besoin de vendre ses articles. Il veut une plateforme pour être référencé comme pépite locale, il va s’acquitter d’une formule à 865 euros + 10% de commission par rente. À ce moment, on va saisir tous ses produits à la vente et on va promouvoir son savoir-faire. Il pourra accéder à ses statistiques de ventes.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire