Inversion de la courbe du chômage ? Oui, pour l’INSEE

L’Insee, dans sa note de conjoncture publiée mercredi 6 octobre, estime à 2,7 % la progression du produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre, après trois premiers mois étales et une hausse de 1,1 % sur la période d’avril à juin.

Avec une prévision de hausse de 0,5 % au quatrième trimestre, le PIB devrait revenir à son niveau d’avant-crise à la fin de l’année. Sur l’ensemble de l’année, la croissance s’établirait à 6,25 %, après une récession de 8 % en 2020.

Porté par une hausse spectaculaire de l’emploi, supérieure à celle de la population active, le taux de chômage est attendu à 7,6 % d’ici à la fin de l’année. Si l’on met 2020, année atypique, de côté, il faut remonter à la fin de 2008 pour retrouver un niveau aussi bas.

Si la prévision de l’Insee se confirme, le taux de chômage aura baissé de 1,9 point depuis le début du quinquennat. Pour rappel, il était encore de 9,5 % au deuxième trimestre 2017.

Sauf retournement conjoncturel d’ampleur, l’objectif de 7 % que le chef de l’Etat s’était fixé pour la fin du quinquennat redevient crédible.

Pour rappel, trois conditions sont nécessaires pour être considéré comme chômeur au sens du BIT : être sans emploi, avoir effectué une démarche active de recherche dans les quatre dernières semaines - ou en avoir trouvé un qui commence dans les trois mois - et se déclarer disponible dans les deux semaines pour en occuper un.

Partager

Laisser un commentaire