L’économie "groggy’" après la pandemie

Les pays européens payent le prix fort de la crise économique occasionnée par le Covid-19. La Frannce aussi.

Selon les nouvelles prévisions de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), publiée ce mercredi, l’Espagne (-11,1 %), l’Italie (-11,3 %), le Royaume Uni (-11,5 %) et la France (-11,4 %) verront leur produit intérieur brut (PIB) chuter de plus de 11 % cette année dans le meilleur des cas.

L’organisation privilégie deux scénarios. Le premier suppose une maîtrise progressive de la pandémie.Le second envisage une deuxième vague d’ici à la fin de l’année. Dans le second cas, la chute du PIB se situerait aux alentours de 14 %. Au niveau mondial, les experts du château de la Muette avancent un recul du PIB de 6 % ou de 7,6 % selon le scénario privilégié.

Et le commerce mondial qui stagnait avant la crise va se contracter entre 9 et 12 % cette année.

Que ce soit en France et au Royaume Uni (près de 15 % de taux de chômage) en Espagne (plus de 20 %) ou aux Etats-Unis (de 10 % à 15 % selon le scénario), l’impact social sera rude.

En moyenne, dans les pays de l’OCDE, le ratio d’endettement public sera quasiment le double de celui observé en 2007 et approcherait les 140 % du PIB.

Partager

Laisser un commentaire