L’emploi salarié a repris des couleurs au premier trimestre

Les effectifs salariés ont augmenté de plus 86 000 de janvier à mars, malgré le recul (-0,1) du PIB, pour atteindre 25,3 millions selon des chiffres définitifs de l’Insee* pour le premier trimestre publiés ce jeudi. Cette embellie (une hausse de 0,3%) s’explique notamment par le dynamisme du secteur du bâtiment.

La hausse a été portée par le secteur privé : près de 89 000 emplois en plus, « en net rebond », estime l’Insee (+0,5 %), tandis que la fonction publique a accusé un léger retrait (-2 700).

Tout cela n’efface pas les stigmates de plus d’un an de crise, même si au global on se rapproche des niveaux de fin 2019. Avec un bémol : l’emploi salarié privé reste encore inférieur de 243 400 à son niveau d’alors, avec l’exception de la construction qui a gagné 51 000 postes, selon l’Insee. À l’inverse, l’emploi public a augmenté de 33 600. Le tertiaire non marchand aussi continue sur sa lancée, porté par la santé.

*Pour rappel, le concept d’emploi se réfère aux critères du Bureau international du travail, et inclut toute personne ayant travaillé au moins une heure rémunérée pendant une période donnée, mais également celles n’ayant pas travaillé pour certaines raisons, comme l’activité partielle par exemple.

Partager

Laisser un commentaire