L’Europe doit arrêter de financer l’agro-industrie à l’hectare et doit soutenir une agriculture bio et locale

Environ 40% du budget européen sont dédiés à l’agriculture et au développement rural. En moyenne, chaque européen, chaque citoyen donne 114 euros par an pour la Pac (Politique Agricole Commune), premier budget européen. L’agriculture européenne est à un tournant.*

La nouvelle Pac (2021-2027) peut faire changer les choses et influencera la façon dont les agriculteurs et agricultrices produisent les aliments que nous consommons.

Aux prochaines élections, notre vote décidera de l’avenir de l’agriculture européenne : continuer à soutenir l’industrialisation de l’agriculture au profit de la finance internationale ou rediriger les aides vers l’agriculture paysanne de proximité et respectueuse de l’environnement.

L’Europe doit arrêter de financer l’agro-industrie à l’hectare pour l’exportation et doit plutôt soutenir une agriculture bio et locale pour l’emploi et la ruralité. Nous sommes ce que nous mangeons, la priorité européenne doit donc être d’aider au maintien de l’agriculture paysanne pour des produits sains.

Aujourd’hui, la PAC n’aide pas les petits mais les grands ‘exploitants’ pour les marchés internationaux et participer au rabaissement social de l’agriculture (euphémisme appelé dumping).

Le premier risque de la PAC est qu’elle disparaisse pour être redistribuée par chaque État : les nationalistes veulent supprimer la seule politique intégrée de l’Europe. Sous couvert de dédain bureaucratique, ce serait un désastre pour l’agriculture française. C’est pourquoi les écolos (le groupe vert européen) sont déterminés à soutenir et changer la Pac. »

Laurent LANQUAR-CASTIEL, EE-LV

*Réduction des aides à la production (à l’hectare et au kg) et augmentation des aides à la conversion bio et au maintien de l’agriculture de proximité, maintien des niveaux actuels d’accompagnement des agriculteurs (formation, investissement,…).

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message