L’inflation va flirter avec 6% avant l’été

Malheureusement pour les consommateurs, l'Insee ne livre pas vraiment de signaux optimistes pour les prochains mois, même si son étude trimestrielle se limite à des prévisions sur le 2e trimestre 2022. Le dernier indice définitif des prix à la consommation est celui de mars 2022, à 4,5% sur un an. En avril, l'Insee anticipe une inflation de 4,8%, puis prévoit du 5,2% en mai et 5,4% en juin.

Pas de ralentissement en vue. Même si l’Insee reconnaît que l’évolution de la suite de l’année 2022 est bien difficile à prévoir « de manière précise », la faute à un contexte international très incertain à cause des « développements géopolitiques autour de la Russie ».

L’Insee chiffre au passage l’impact des mesures de « bouclier tarifaire » sur les prix du gaz et de l’électricité conjuguées à la « remise à la pompe » sur les prix de l’essence : sans ces mesures antii-inflation, « la prévision pour mai serait rehaussée d’environ 2 points de pourcentage et dépasserait donc 7% ».

Au deuxième trimestre, l’Insee anticipe une baisse du pouvoir d’achat des ménages français de 0,5%, laquelle fait suite à une érosion du pouvoir d’achat de 1,5% sur les trois premiers mois de l’année 2022.

Partager

Laisser un commentaire