Quels sont les bénéfices de la cryothérapie ?

Une des meilleures récupération musculaire

La cryothérapie corps entier (CCE) a été créée en 1978 au Japon par le Dr. Yamaguchi : il s’agit de placer la personne dans un caisson ventilé (il n’y a que la tête qui dépasse) et de propulser autour de son corps un flux d’air très sec, refroidi à l’azote liquide. La séance dure maximum 3 minutes – au-delà, il y a un risque de brûlure. L’air propulsé est à environ – 140°C. Résultat ? La température extérieure de la peau descend jusqu’à 6°C environ, et la température interne de l’organisme perd jusqu’à – 1°C.
Le choc thermique déclencherait différentes réactions physiologiques bénéfiques pour l’organisme : augmentation du débit sanguin au niveau des muscles, amélioration de leur oxygénation et élimination des déchets. De plus, le froid stimule l’hypothalamus (une zone du cerveau), ce qui favorise la libération de plusieurs substances hormonales, protéiques et immunitaires, et soulage les douleurs.

Quel est l’impact sur l’organisme ?

Ce choc thermique brutal (mais indolore et sans effets secondaires !) a plusieurs effets sur l’organisme :
• Une meilleure circulation sanguine (les vaisseaux sanguins se contractent sous l’effet du froid puis se dilatent une fois la séance terminée).
• Une action anti-douleur (les récepteurs cutanés sont " anesthésiés ", l’influx nerveux de la douleur est moins rapide), idéal pour les pathologies inflammatoires (arthrite, arthrose, spondylarthrite ankylosante...).
• Une micro-cicatrisation des muscles. Et préparation et récupération sportive (courbatures, tendinites, fatigue...).
• Une libération d’endorphines (les fameuses hormones du bien-être !).
• Une libération de molécules anti-inflammatoires.
• Problèmes émotionnels et psychologiques (stress, concentration, troubles du sommeil, anxiété, troubles de l’humeur...).
La cryothérapie a beaucoup de bénéfices, mais elle n’est pas recommandée dans certaines pathologies ou états, comme : Pacemaker, artériopathie, colique néphrétique, troubles du rythme cardiaque, grossesse, cancer, hypothyroïdie, trouble de la coagulation, insuffisance respiratoire ou insuffisance circulatoire
Quel différence avec les bains de glaces ?
Bains de glaces : De l’eau très froide (7ºC à 15ºC) sans aucun contrôle de température, pour une application de 15 à 20 minutes, mais cela n’améliore pas la circulation ni l’augmentation de l’oxygène dans le sang. Le système immunitaire et la libération d’endorphines ne subissent aucun changement, et le risque d’hypothermie est élevé. L’athlète devra reposer entre 12 et 24 heures avant de reprendre une activité physique, la régénération musculaire n’est pas active, ce qui ne préviendra pas les douleurs musculaires. Il existe des effets indésirables.
Cryothérapie de corps entier (CCE) : dans ce cas là, il s’agit de l’air extrêmement froid (-140ºC a -196ºC), le délai d’exposition préconisé et admis est de 2 à 3 minutes. Cette exposition de 2 minutes entraîne des changements physiologiques et perceptifs, potentiellement bénéfiques. Ce processus implique une diminution de la température de la peau en dessous de + 5 ° C, sans affecter cette circonstance au niveau de la température interne du corps (cerveau et organes internes). La cryothérapie augmente la circulation, l’hémoglobine et l’oxygène dans le sang. Il n’existe pas de risque d’hypothermie. Grâce à la libération d’endorphine et le sportif peut reprendre immédiatement un exercice physique. La régénération musculaire préviendra les douleurs et les raideurs articulaires postérieurs.
Récupération après l’effort
Les courbatures surviennent généralement 24 à 48 heures après un effort physique. Ces sensations douloureuses sont dues à de micro-déchirements dans les muscles. Pour récupérer, les sportifs avaient l’habitude d’appliquer de la glace de manière locale, ou de prendre des bains de glace de 10 à 20 minutes.

Une étude australienne, publiée dans l’International Journal of Sports Medicine en 2017, a démontré que la douleur après l’effort des sportifs avait été réduite de 80 % après l’utilisation de cryothérapie. Les chercheurs ont aussi constaté qu’ils avaient récupéré leurs capacités et que leurs aptitudes athlétiques étaient améliorées.

Comment se déroule une séance de cryothérapie ?

Lors d’une séance dans une cabine de cryosauna, la personne est en sous-vêtements. Elle porte cependant des gants et des chaussettes car il est nécessaire de bien protéger les mains et les pieds, car en effet, sous l’effet du froid, le sang quitte les extrémités pour se concentrer sur les organes vitaux. La peau ne doit pas être humide, les piercings doivent être retirés pour limiter le risque de brûlure.

Ensuite, pour éviter les changements brutaux de température, le sportif passera d’abord par des chambres froide de -10°C et -60°. Le patient est filmé, tout au long de la séance, dans chaque pièce, permettant une surveillance continue. Le thérapeute prendra des informations régulières sur les sensations ressenties. Durant la séance le sportif devra se déplacer en permanence avec des mouvements réguliers, lents et une respiration profonde.
Puis finalement, le sportif se couvre et est placé allongé, pendant 30 minutes. Ensuite le sportif peut reprendre les activités sportives.
Comme vous avez pu le constater, la cryothérapie est un pilier important pour les sportifs, de plus, de nombreux articles prouvent l’efficacité de la cryothérapie. Même si selon la littérature récente, les changements physiologiques dépendent du nombre de sessions de CCE.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message