Seasif Holding mise sur les énergies vertes

Le vote sur la loi climat et les objectifs de réduction de CO2 à 2030 doit avoir lieu ce mercredi 7 octobre à Bruxelles. Un vote qui arrive juste après les records de chaleur battus au mois de septembre, plaçant 2020 en lice pour devenir l'année la plus chaude.

L’écologie est une véritable préoccupation que trop peu de politiques et d’entreprises prennent au sérieux. Il devient nécessaire de développer des énergies vertes et éthiques. Franco Favilla, fondateur et CEO de Seasif Holding en a fait un de ces principaux objectifs.
Seasif Holding est une multinationale active dans divers secteurs de produits et services et, notamment, dans l’extraction et le commerce d’or et de pétrole.
Pour Franco Favilla, il est indispensable de renouveler son secteur d’activité pour le rendre plus écologique et durable.

« Chez Seasif, nous produisons de l’or vert »

Ici, « or vert » signifie « l’or du futur » : le métal reste le même que celui que l’on connaît, ce qui change, c’est le processus d’extraction qui est 100% éthique et durable. Chez Seasif, aucun polluant n’est utilisé dans le processus de fabrication. Le mercure, notamment, a été retiré du processus. Auparavant, il était brûlé à l’air libre, causant des dommages permanents aux yeux et aux poumons des mineurs et relâchant une véritable « bombe écologique » dans l’atmosphère.
Mais pour faire de son entreprise, une entreprise propre, il ne suffit pas de faire du « vert », il faut aussi faire de l’éthique.

L’un des fléaux dans ce secteur, ce sont les conditions de travail des mineurs : les normes de sécurité les plus élémentaires font souvent défaut, les ouvriers sont contraints de travailler dans des conditions inhumaines et bien souvent les travailleurs sont des enfants.
Pour Franco Favilla, ces conditions de travail sont inacceptables et il met un point d’honneur à offrir un cadre de travail digne et à respecter les règles de sécurité.
Les énergies propres doivent devenir une priorité pour les entreprises et il est important que l’Europe et les gouvernements prennent des mesures pour les pousser dans cette voie.
« Nous y croyons avec conviction et nous espérons un changement du marché dans ce sens. C’est pour cette raison que nous avons créé un département entièrement dédié au vert. Le changement climatique n’est pas un concept abstrait, il est bien concret. » Franco Favilla prend très au sérieux les pronostics des scientifiques sur ce sujet et espère que le pacte européen pour le climat sera non seulement voté mais annoncera le début de véritables mesures prises par l’Europe pour sauver notre planète.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire