Union Européenne : plusieurs années pour effacer la crise économique… si tout va bien !

Paolo Gentiloni, Commissaire européen chargé de l’économie, n’a donc pas voulu donner de faux espoirs : « la pandémie de Covid-19 a engendré la pire contraction économique dans l'histoire de l'UE ». Et si le rebond économique attendu en 2021 sera bien à l’ordre du jour, « l'économie européenne ne pourra retrouver son niveau d'avant la pandémie que dans 2 ans ».

Les dernières prévisions de croissance (et donc de récession) de la Commission européenne ne laissent pas place au doute : l’année 2020 sera très difficile, et les suivantes n’apporteront pas le soulagement attendu et espéré. La crise économique liée à la crise sanitaire de la Covid-19 nécessitera plusieurs années avant de disparaître.

Bruxelles s’attend à une croissance de 4,2 % en 2021 en zone euro désormais, contre 6,1% dans son précédent rapport de juillet 2020.

Les nouvelles estimations de Bruxelles ne tiennent pas compte des dernières mesures sanitaires, dont les divers reconfinements, prises pour endiguer la deuxième vague. Les prévisions sont donc incertaines, ce que souligne le rapport. C’est peut-être ce qui explique que les prévisions de croissance soient un peu meilleures.

Si 2020 connaîtra une récession historique, dans la zone euro la Commission prévoit désormais une baisse du PIB de 7,8%, contre 8,1% dans ses dernières estimations de juillet 2020. L’Union européenne dans sa globalité fait un peu mieux : -7,4% en 2020.

Du côté de chaque pays pris indépendamment, l’Espagne sera la plus touchée : 12,4% de PIB en 2020, devant l’Italie (9,9%) et la France (-9,4%). On notera que la Commission européenne est plus optimiste que Bercy qui s’attend à une récession de 11% pour l’Hexagone pour 2020, prévision revue à la baisse après l’annonce du reconfinement généralisé de la population.

Ces prévisions sont marquées par l’incertitude de la deuxième vague, son impact économique et sanitaire et sur les mesures qui seront nécessaires pour l’endiguer. La récession pourrait donc être bien supérieure, la Covid-19 ne pouvant être contrôlée que du moment où un vaccin sera disponible.

source:EconomieMatin

Partager

Laisser un commentaire