Europe : Après le Prix Nobel la construction doit continuer.

La délibération du Comité Nobel qui a attribué le Prix de la Paix à l'Union Européenne a été salué avec l'orgueil qui se doit. Un prix si prestigieux récompense le passé et le présent mais il y a aussi le futur. Une analyse approfondie s'impose et nous avons profité de la disponibilité et gentillesse de Madame Brigitte Ferrari, Présidente du Mouvement Européen-France des Alpes-Maritimes pour mieux comprendre où l'Europe va...

Nice-Premium : Ce prix a été justement célébré par tous mais c’est aussi une surprise...

Brigitte Ferrari : Aujourd’hui le prix Nobel de la paix a été attribué à l’Union européenne. Cela peut surprendre de prime abord. Ce prix est toujours réservé à de grands résistants dans des régimes autoritaires ou à des personnalités qui ont beaucoup oeuvré pour la paix dans le monde ou ailleurs. Ce prix est donc hautement symbolique. Pourquoi ? Parce que c’est la reconnaissance du rôle de la construction européenne. Sa première fonction, son premier résultat est d’avoir durablement installé cette paix entre des Nations qui se sont combattues pendant des siècles et qui ont été à l’origine des deux dernières guerres mondiales.

Nice-Premium : Un prix c’est aussi la reconnaissance à l’action ex ceptionnelle des hommes...

Brigitte Ferrari : Nous devons rendre hommage aujourd’hui à la volonté d’hommes politiques visionnaires - Jean Monnet, Robert Schuman, Konrad Adenauer, pour ne citer qu’eux - dont l’ambition était de préserver la paix en Europe, et qui ont réussi !

Cette paix s’est d’ailleurs étendue sur le continent européen, au fur et à mesure de l’élargissement, avec des moments forts pour la démocratie et la liberté des peuples, comme en témoigne notamment l’adhésion de la Grèce (1981), de l’Espagne, du Portugal (1986) et des anciens pays de l’Europe de l’est dans les années 1990. La disparition progressive du bloc de l’Est, avec la chute du mur de Berlin en 1989, a permis au continent européen de se réunifier. Ce moment a marqué nos mémoires, car il représente quelque part la réparation du préjudice subi par les peuples de l’Europe de l’Est, tombés sous le joug de l’ancienne URSS, au moment du règlement de la paix (Yalta). Et nous sommes forts aujourd’hui de 27 Etats qui vivent dans l’harmonie et dans la paix.

Nice-Premium : comment voir le futur de la construction européenne ?

Brigitte Ferrari : Si cette vaste entreprise de paix est aujourd’hui saluée avec force, n’est-ce pas pour nous rappeler que le combat doit continuer ? Les générations d’aujourd’hui sont nées dans la paix et la prospérité. Elles ne semblent plus guère percevoir que les mauvais côtés de l’Union européennes, alarmées par les populistes de tous bords et devant le spectacle, parfois lamentable que nous donnent nos responsables politiques, plus préoccupés de leurs propres intérêts et si peu porteurs de l’intérêt général européen. Nous sommes pourtant aujourd’hui au coeur de la tempête, que celle-ci soit d’ordre économique, sociale, structurelle… Nous le savons nous sommes à la croisée des chemins. La préoccupation est clairement celle de l’avenir de l’Europe dans la mondialisation.

Nice-Premium : la situation actuelle pose beaucoup de questions ? Peut-on l’envisager avec optimisme ? Beaucoup de questions s’imposent...

Brigitte Ferrari : Comment conforter et approfondir cette construction encore si chaotique pour nous permettre de survivre dans la compétition internationale, de sauvegarder nos activités nos emplois, ainsi que nos valeurs, notre civilisation ?

Comment agir pour prendre le tournant du changement de société qu’exigent les évolutions démographiques, économiques, climatiques, culturelles ? L’enjeu est là pour nous aujourd’hui. Il nous appartient de relever ces nombreux défis comme l’ont fait en leur temps des femmes et des hommes courageux. Ils ont su tirer les leçons du passé et prévoir l’avenir avec des objectifs précis et une volonté sans commune mesure. Ils ont bâtis une Europe de paix et de prospérité pour nous citoyens d’aujourd’hui. Et nous que bâtissons nous pour nos enfants et les générations futures ?

Nous avons besoin d’Europe et l’Europe a besoin de nous !

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message