2020 a été une année terrible pour l’Europe. 2021 sera-t-elle beaucoup mieux ? (Partie 1)

Covid-19, le Brexit et la politique internationale ont martelé le continent et exacerbé les tensions qui ravagent l'Union européenne depuis des années. Mais ces problèmes ne s'estompent pas en 2021.

Vous auriez du mal à trouver quelqu’un en Europe qui serait mécontent de voir 2020 revenir en arrière. En l’absence de pandémie, de discussions tendues avec le Royaume-Uni ou un président américain aussi anti-Union Européenne que Donald Trump, Bruxelles pourrait enfin trouver un espace pour aborder des problèmes qui ont longtemps miné l’Union ?

Dans une certaine mesure, les crises de 2020 ont masqué un manque d’unité débilitant à travers l’UE. Malgré toutes les nobles ambitions de Bruxelles d’une plus grande intégration et de devenir une force mondiale à part entière, elle est confrontée à des pressions sur des questions allant de l’adhésion interne à l’état de droit à une stratégie coordonnée pour traiter avec la Chine.

L’état de droit : le problème le plus immédiat à résoudre ?

Après des mois de négociations douloureuses, les États membres se sont mis d’accord à la fois sur un budget à long terme et sur un plan de relance Covid totalisant près de deux milliards de dollars.

Cependant, deux États membres ont passé une bonne partie de 2020 à s’opposer au déblocage de ces fonds : la Hongrie et la Pologne. Les accusations portées contre les deux pays vont de la répression des critiques du gouvernement (liberté d’expression, liberté de la presse) à l’atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Dans ce cas particulier, l’intransigeance à Budapest et Varsovie a finalement abouti à un compromis à Bruxelles dans lequel les deux parties ont cédé du terrain, ce qui pourrait être interprété comme l’UE cédant sur l’un de ses principes clés.

Partager

Laisser un commentaire