L’agression transphobe de Julia relance la problématique des actes transphobes

SOS Homophobie, Mousse et Stop Homophobie ont déposé plainte contre X suite à l'agression transphobe de Julia à Paris le 31 mars dernier. Selon le rapport sur l'homophobie publié en 2018 par l'association, les actes transphobes (signalés à SOS Homophobie) ont augmenté de 54% en 2017. Ils ont reçus 186 témoignages au total.

Les images ont été grandement relayé dans les médias et sur les réseaux sociaux. Le 31 mars , alors qu’elle sortait du métro sur la place de la République, Julia était prise à partie par plusieurs hommes présents lors d’un rassemblement contre le gouvernement algérien. Les images de la vidéo montraient la jeune femme se faire violenter et insulter.

« Julia a déposé plainte contre X, le 2 avril 2019. STOP homophobie, Mousse et SOS homophobie portent plainte à ses côtés pour violences transphobes en réunion », déclare SOS Homophobie dans un communiqué.

« Il est insupportable qu’aujourd’hui en plein cœur de Paris on puisse être inquiété et agressé pour son identité de genre. Nous demandons au parquet d’engager des poursuites et de traduire en justice les responsables », a commenté Etienne Deshoulières, avocat des associations.

Environ 15 000 personnes transgenres vivraient dans l’Hexagone, selon les estimations d’associations. Soit 15 000 personnes dont l’identité de genre ne correspond pas au sexe qui leur a été assigné à la naissance, ce qu’on appelle la « dysphorie de genre ».

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message