Attentat du 13 novembre 2015 : Premier jour de procès

Considérée comme l’attaque la plus meurtrière de France depuis 1945 avec 131 morts et 400 personnes blessées, La justice ouvre aujourd’hui, l’une des pages les plus sombres de l’histoire pour une durée de neuf mois.

Six ans après le terrible massacre du Bataclan, les victimes et les proches de l’attentat vont enfin pouvoir réclamer justice. Durant cette première journée d’audience, 20 accusés vont se présenter devant la cour d’assises spéciale de Paris, avec Salah Abdeslam comme principal accusé. Déjà jugé une première fois à Bruxelles en avril 2018, il va une fois de plus faire face à son destin. Parmi les 20 accusées, plusieurs sont soupçonnées d’avoir participé à cette opération terroriste qui a coûté la vie à 130 personnes (voire 131, puisqu’une victime du Bataclan s’est suicidée quelques mois après l’attentat).

Salah Abdeslam

Tous les regards se sont tournés vers lui, puisqu’il est le seul membre des commandos encore en vie. Contrairement à son frère Brahim Abdeslam (qui s’est fait exploser dans le 11e arrondissement), le soir du drame, le français de 31 ans, lui, abandonne sa ceinture explosive pour des raisons toujours inconnues. Prise de conscience ou problème technique voilà de quoi tiendra son procès. Quelques heures après la fin de l’opération, Salah Abdeslam prend la fuite de Paris à Bruxelles et commence une traque nationale avec la police pendant quatre mois. Après son arrestation dans la commune bruxelloise de Molenbeek (le 18 mars 2016), il sera ensuite incarcéré en France à Fleury-Mérogis (Essonne) où il sera surveillé 24h/24 et deviendra l’homme le plus surveillé de France.

Qui sont les 20 accusés de l’attentat du 13 novembre 2015 ?

Première journée d’audience

« J’ai délaissé toute profession pour devenir un combattant de l’Etat Islamique » , ce sont les tout premiers mots que Salah Abdeslam a émis au sein de la cour d’assises spéciale. Durant l’audience, 14 accusés se sont présentés à la barre ainsi que quelques rescapés du Bataclan. Suite au malaise d’un des accusés Farid Kharkhach (soupçonnés d’avoir aidé à préparer les commandos terroristes), l’audience a été suspendue à 17 h. Lors de la reprise, Salah Abdeslam a encore une fois tenu à prendre la parole pour se plaindre des conditions de détention, « On est des hommes, on est des êtres humains, on a des droits ! On est traités comme des chiens » avait-il annoncé.
Le président de la cour d’assises spéciale Jean-Louis Périès quant à lui à déclarer « qu’en ce jour un procès qualifié d’historique allait commencer » . La suite de l’audience reprendra dès aujourd’hui à 12 h 30.

Dessin de Salah Abdeslam et des autres accusés lors du premier jour de procés des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, le 8 septembre 2021. BENOIT/PEYRUCQ AFP

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire