Biden "voit" la Maison Blanche , dans un conteste de fragilisation de la démocratie américaine

Le décompte des votes se poursuit donc État par État et semble donner désormais, à cette heure, un léger avantage à Joe Biden. Mais au-delà de ce décompte à suspense, prenons du recul : la démocratie semble fragile, l’État de droit tremble sur l’un de ses piliers.

La situation est pourtant simple : tous les votes n’ont pas encore été dépouillés. Tant que ce n’est pas le cas, il n’y a pas de résultat. C’est simple comme bonjour. Mais Donald Trump ne l’entend pas de cette oreille : il laisse entendre que les derniers bulletins en cours de dépouillement sont quasiment truqués pour favoriser son adversaire. En fait, ces bulletins sont simplement ceux de grands centres urbains, où les Démocrates sont mieux implantés.

Le président américain avait menacé par anticipation de procéder ainsi. Mais la menace est une chose. Passer à l’acte est autre chose. C’est sidérant d’y assister. Donald Trump ne semble prêt à accepter le résultat que s’il lui est favorable. Le premier des pouvoirs, l’exécutif, est au bord d’un comportement insurrectionnel. Une attitude familière dans les régimes autoritaires non démocratiques. Sauf que nous sommes quand même aux États-Unis.

Crédit photo : Eric Haynes

Partager

Laisser un commentaire