« Chaque phrase, une information »

Elles sont trois étudiantes en deuxième année à l’EDJ de Nice. Anne-Lise Tricoche, Manon François et Sylvie Ferreira se sont envolées pour le Gabon afin de mener une mission humanitaire dans le cadre de leur projet tuteuré. Voici la suite de leur expérience.

Le quotidien gabonais l’Union, existe depuis quarante ans. Fondé en 1973 par le Président Omar Bongo, surnommé au Gabon le Père de la Nation, le journal est le seul quotidien local.

« Bienvenue à l’Union !  » s’exclame avec enthousiasme Jonas Ossombey ancien journaliste politique, devenu il y a peu coach du porte parole du gouvernement Gabonais. Bâtiment tout de verre, le nom du journal écrit en grand et en rouge sur la façade, la rédaction semble neuve. Pourtant, le quotidien existe depuis de nombreuses années et ne faiblit pas, malgré un contexte économique et politique difficile dans le pays. Accueil en face de la porte d’entrée et salle de documentations sur la droite, les livres d’archives bordeaux témoignent du professionnalisme du journal. Tout est organisé, tout est à sa place.

Histoire de famille

Maxime Serge Mihindou, responsable des pages économiques, se livre sur son parcours professionnel : études d’économie au Canada et rédaction d’articles pour le journal du campus, il est revenu au Gabon après un refus d’admission dans un célèbre quotidien québécois : Le Soleil. Son père était aux commandes du premier exemplaire de l’Union. Une histoire de famille donc, un véritable retour aux sources. Passionné par son métier, il partage sa vision du journalisme : « Le journalisme est une écriture scientifique. Oubliez les belles phrases. Retenez ça : chaque phrase, une information. Il faut accrocher le lecteur. »

Une affaire qui fait la Une

Midi pile, la conférence de rédaction commence. Autour de la table, une dizaine de journalistes est présente. Chacun à son service, le tour des sujets peut commencer. Les idées fusent. Le chemin de fer se dessine rapidement puis vient la fameuse affaire de Ngambia. Celle-là même qui a fait la Une du jour. L’affaire Ngambia est un véritable scandale financier dans lequel le Ministre Magloire Ngambia est mis en cause. Devant la Cours Criminelle Spéciale (CCS), il devra s’exprimer sur l’accusation dont il fait l’objet : détournement de fond entre 2009 et 2015. Le procès prévu n’a pas eu lieu. Pourquoi ? Tout le monde s’interroge. Le débat est lancé. Chaque journaliste a un avis bien précis sur la question. Un encadré sera donc prévu dans le journal du lendemain pour comprendre le pourquoi du comment. Affaire à suivre…

Un bazar organisé

La rubrique Faits divers cède sa place et le chemin de fer se poursuit. Le secrétaire de rédaction continue d’écrire les sujets proposés dans un petit brouhaha. Des ratures et des échanges de pages entre journalistes saturent vite la feuille du rail. « Il faut absolument mettre en Une les poissons retrouvés morts dans les lacs de Moanda*. » , interpelle le journaliste chargé de la page « environnement ». Aujourd’hui, les questions environnementales sont primordiales en Afrique. Surtout au Gabon, pays qui doit s’appuyer sur ses ressources naturelles pour espérer, un jour, atteindre le niveau de développement qu’il mérite.
*Moanda : ville minière du Gabon située dans la province du Haut-Ogooé.

Anne-Lise Tricoche

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message